Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
www.presssagrun.com

Meisenthal (67): "autour du travail du verre": Toute la programmation de l'été en lien ...

30 Juin 2009, 17:17pm

Publié par pressagrun

Pour découvrir toute la programmation, vous pouvez cliquer sur l'image ou sur ce lien pour télécharger le PDF:

 www.ciav-meisenthal.com/PDF


Voir les commentaires

Culture food ou les cuisines européennes, dans le cadre du festival des cultures européennes: inscrivez-vous au petit' déj' de presse du symposium (avant le 2 juillet sur le site ci-dessous nomm

30 Juin 2009, 17:09pm

Publié par pressagrun

y aura de bonnes choses Ă  manger ... et Ă  boire ...

N'hésitez pas à vous inscrire encore


au symposuim du Conseil de l'Europe le

2 juillet de 9 H a 17 h

 et buffet europeen ...



 inscription sur le site:

 www.culture-food.eu  

organisé par :

fbm event

Voir les commentaires

Le HASARD et La DESTINEE : définition de la DESTINEE ...

30 Juin 2009, 16:58pm

Publié par pressagrun

destinée


   




 
destinĂ©e  [ dΔstine ]

destinĂ©e nom commun - fĂ©minin   ( destinĂ©es )
 
Definition :
 
 
(il a pris en main la destinĂ©e de son entreprise) 


2. ensemble des Ă©vĂ©nements qui constituent la vie (de quelqu'un) et sont dĂ©pendants ou non de la volontĂ©


Synonyme:
  
destin

 
(elle tient ma destinĂ©e entre ses mains) 



unir sa destinĂ©e locution verbale  
 
Definition :
 
1. se marier (avec quelqu'un) (soutenu)

 (ils ont choisi d'unir leurs destinĂ©es dans le village oĂč ils se sont connus

Voir les commentaires

Le HASARD et La DESTINEE : définition du DESTIN ...

30 Juin 2009, 16:51pm

Publié par pressagrun

destin

 
   



 
destin 
[
dΔst ]


destin 
nom commun - masculin   ( destins )
 
Definition :
 
1. sort particulier (de quelqu'un ou quelque chose)

Synonyme:
  

destinée

 
(un homme qui a connu un destin hors du commun


2. enchaĂźnement nĂ©cessaire et inconnu des Ă©vĂ©nements et de leurs causes
 
(nous sommes solidaires de ceux que frappe le destin

Voir les commentaires

Le HASARD et La DESTINEE: la Destinée et le Hasard , ou : Peut-on contrÎler son Destin ?

30 Juin 2009, 16:47pm

Publié par pressagrun

LA DESTINEE ET LE HASARD





Peut on controler son destin?
Est-il dejĂ  ecrit?
On se pose souvent la question.
 Et quand il nous arrive quelquechose, comme une rencontre par hasard, on ne peut s'empĂȘcher de se demander si quelque part ce n'Ă©tait pas Ă©crit d'avance
.
Pourquoi est-ce arrivé?
 Pourquoi ce fait a-t-il bousculĂ© mon destin?
 
Si on attend toujours q'une chose se réalise, mais qu'elle ne se réalise jamais...
Faut il forcer ce fameux destin?

De nos jours, avec les nouvelles technologies, on peut tenter de forcer le destin!
Regardez les sites communautaires, on ne rencontre plus les gens par hasard.
On ne retrouve plus ses anciens amis en traversant la rue. Un clic et c'est (souvent) fait !

Pour les nouvelles rencontres c'est pareil, on fait connaissance dans le monde virtuel.
Et non plus par hasard comme cela Ă©tait le cas auparavant, dans une soiree par exemple.
 
 Il y a mĂȘme des amis virtuels que lon ne verra jamais!!
Peut on encore croire au destin avec tou cela?
Etant donné que par la technologie, on peut et veut (presque) tout controler!

Avec les nouvelles techniques, on peut aller jusqu'Ă  suivre Ă  la trace une personne grace au numero de son portable!
Sur divers sites internet on rentre le numĂ©ro et on sait immĂ©diatement oĂč se trouve la personne, grĂące Ă  un systĂšme GPS.
OĂč est la place pour le hasard lĂ  dedans?
On souhaiterait maitriser son destin, dans les moindres dĂ©tails de la vie.
Avoir notre propre vie et celle de notre entourage sous contrĂŽle;
A l'epoque actuelle, on semble voir peur du destin et des Ă©vennements hasardeux qui le compose....

Pourtant, je pense personnellement que l'on a tous un destin qui nous attend.
Il ne faut pas en avoir peur. On peut juste le forcer un peu....
En choisissant le bonne route lorsque l'on se trouve à la croisée d'un chemin.

Personnellement je l'ai un peut bousté, en allant changer de vie.
Mais j'attends maintenant que mon destin s'Ă©crive tout seul.
Car je crois Ă  la destinĂ©e de chacun.

Je suis curieuse de voir ce qui m'arrivera dans la vie.
 Et vive l'imprevu !

SITE:

www.facebook.fr/mallica.strohl


Voir les commentaires

Le HASARD et La DESTINEE : Le Hasard de LA Rencontre ... Destinée ?

30 Juin 2009, 16:39pm

Publié par pressagrun

POUR TOI MON AMOUR

(Jacques PREVERT)






Je suis allé au marché aux oiseaux
Et j'ai acheté des oiseaux
Pour toi mon amour
Je suis allé chercher des fleurs
Pour toi mon amour
je suis allé au marché à la ferraille
Et j'ai acheté des chaines
De lourdes chaines
Pour toi mon amour
Et puis je suis allé au marché aux esclaves
Et je t'ai cherché
Mais je ne t'ai pas trouvé mon amour

Voir les commentaires

Le HASARD et La DESTINEE: Jacques Monod: "Le hasard et la nécessité"....

26 Juin 2009, 16:49pm

Publié par pressagrun

Le Hasard et la Nécessité

de Jacques Monod






"
Tout ce qui existe dans l'Univers
,
disait le philosophe grec DĂ©mocrite,
 est le fruit du hasard et de la nĂ©cessitĂ©.
"
(cf: voir plus loin article sommes-nous maitre ou jouet de notre destin ? ")
 
****

Grande figure parmi les pionniers de la biologie moléculaire,
le Prix Nobel Jacques Monod (1910-1976) montre la fĂ©conditĂ© de cette dualitĂ© pour comprendre les grandes problĂ©matiques de la biologie - origine de la vie ou Ă©volution des espĂšces - et saisir les enjeux de la gĂ©nĂ©tique moderne.
Si l'homme ne résulte d'aucun projet divin, si son évolution tient davantage du hasard que d'un projet préétabli, rien ne l'autorise pour autant à sombrer dans un matérialisme pessimiste.
 Face aux dĂ©fis de la science et de la technique qui vont jusqu'Ă  menacer l'intĂ©gritĂ© de l'Homme, Jacques Monod plaide pour l'invention d'un nouvel humanisme intĂ©grant les donnĂ©es de la science.


L'ancienne alliance est rompue ; l'homme sait enfin qu'il est seul dans l'immensitĂ© indiffĂ©rente de l'Univers d'oĂč il a Ă©mergĂ© par hasard. Non plus que son destin, son devoir n'est Ă©crit nulle part. À lui de choisir entre le Royaume et les tĂ©nĂšbres.

--Arthur Hennessy


Description

Cet ouvrage, un grand classique désormais, son auteur l'a écrit pour répondre au

 "
devoir qui s'impose, aujourd'hui plus que jamais, aux hommes de science de penser leur discipline dans l'ensemble de la culture moderne pour l'enrichir non seulement de connaissances techniquement importantes, mais aussi des idées venues de leur science qu'ils peuvent croire humainement signifiantes.
L'ingĂ©nuitĂ© mĂȘme d'un regard neuf (celui de la science l'est toujours) peut parfois Ă©clairer d'un jour nouveau d'anciens problĂšmes... "
.

 



  • REFERENCE:

    Poche:
    244 pages

  • Editeur : Seuil (1 octobre 1973)

  • Collection : Points Essais

  • Langue : Français

  • ISBN-10: 2020006189

  • ISBN-13: 978-2020006187

Voir les commentaires

Le HASARD et La DESTINEE : "Tout savoir sur le hasard..."

26 Juin 2009, 16:26pm

Publié par pressagrun

DĂ©finition lexicale du hasard
par le CNRTL

 


I.
A.
−
Cause, jugĂ©e objectivement non nĂ©cessaire et imprĂ©visible, d'Ă©vĂ©nements qui peuvent cependant ĂȘtre subjectivement ressentis comme intentionnels.

Le hasard fait bien, mal les choses;
la part qui revient au hasard;
c'est le hasard;
les fantaisies,
l'intervention du hasard.


Trois fois le hasard s'interposa fatalement entre l'enfer du Palais-Royal et le paradis de ma jeunesse
(Balzac, Lys, 1836, p.

18).
Mais le hasard voulut que Georges, qui lisait rarement les journaux et qui les lisait mal, Ă  part les articles de sport, tombĂąt cette fois sur les attaques les plus violentes contre Christophe
(Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1543) :
 
1. ... il ne voyait qu'une ombre Ă  sa joie de vivre, mais c'Ă©tait le souvenir d'une humiliation toujours cuisante que le temps n'apaisait pas. HonorĂ©, d'abord empĂȘchĂ© d'en tirer vengeance, avait fini par se rĂ©signer Ă  cette plaie d'orgueil, lorsque, par un caprice du hasard, l'activitĂ© politique du vĂ©tĂ©rinaire remit toute l'affaire en question et lui donna un dĂ©veloppement nouveau.
Aymé, Jument, 1933, p. 41.

1.
Dans le domaine philosophique.
Il n'y en aurait pas moins, dans l'évolution des phénomÚnes, une part faite à des lois permanentes et réguliÚres, susceptibles par conséquent de coordination systématique, et une part laissée à l'influence des faits antérieurs, produits du hasard ou des combinaisons accidentelles entre diverses séries de causes indépendantes les unes des autres
(Cournot, Fond. connaiss., 1851, p. 460).
Il est incontestable qu'il faut faire dans l'histoire une large part Ă  la force, au caprice, et mĂȘme Ă  ce qu'on peut appeler le hasard, c'est-Ă -dire Ă  ce qui n'a pas de cause morale proportionnĂ©e Ă  l'effet (Renan, Avenir sc., 1890, p. 24).

 
Je ne vois que deux sens possibles du mot hasard :

1o l'absence de toute raison déterminante;

2
o l'absence de détermination téléologique.
Quand on dit que le hasard « n'existe pas », on prend, ordinairement, le mot dans le premier sens; on veut dire que tout est dĂ©terminĂ©, au moins mĂ©caniquement (Ă  moins qu'avec Bossuet, on ne superpose Ă  l'ordre naturel une sorte de tĂ©lĂ©ologie divine; il n'y aurait pas alors de hasard, mĂȘme au second sens)
[Extrait de la discussion à la séance du 4 juillet 1907]
(J. Lachelier ds Lal. 1968) :

2. Et d'un monde anarchique, oĂč les phĂ©nomĂšnes se succĂ©deraient au grĂ© de leur caprice, je dirai encore que c'est le rĂšgne du hasard, entendant par lĂ  que je trouve devant moi des volontĂ©s, ou plutĂŽt des dĂ©crets, quand c'est du mĂ©canisme que j'attendais. Ainsi s'explique le singulier ballottement de l'esprit quand il tente de dĂ©finir le hasard.
Bergson, Évol. crĂ©atr., 1907, p. 235.

− En partic. Hasard objectif.
L'un des principes du surréalisme :

3. Il publie la mĂȘme annĂ©e l'Amour fou oĂč se systĂ©matise une valeur surrĂ©aliste qui n'est pas neuve : le hasard
[it. ds le texte] objectif. Déjà dans Nadja et les Vases communicants, il s'était plu à relever quantité d'incidents extérieurs : rencontres, hasards, événements inattendus, coïncidences, rebelles à un continuum logique, mais qui résolvent des débats intérieurs, matérialisent des désirs inconscients ou avoués.
M. Nadeau, Hist. du surréalisme, Paris, éd. du Seuil, 1964, p. 168.

2.
Dans le domaine religieux
Le hasard reste donc ici l'intersection accidentelle de deux séries de causes dont aucune fin ne détermine la rencontre.
Aucune fin
humaine; mais que dire des fins divines? (Gilson, Espr. philos. médiév., 1932, p. 166) :

4. − J'ai Ă©tĂ© haĂŻ de mon pĂšre depuis le berceau; c'Ă©tait un de mes grands malheurs; mais je ne me plaindrai plus du hasard, j'ai retrouvĂ© un pĂšre en vous, monsieur. − C'est bon, c'est bon, dit l'abbĂ© embarrassĂ©; puis rencontrant fort Ă  propos un mot de directeur de sĂ©minaire : il ne faut jamais dire le hasard, mon enfant, dites toujours la
providence.
Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p. 236.

3.
Dans le domaine scientifique.
Science, loi du hasard.
 
Étude des probabilitĂ©s mathĂ©matiques ayant pour but de dĂ©terminer l'apparition d'un Ă©vĂ©nement ou la coĂŻncidence de plusieurs facteurs dans une sĂ©rie donnĂ©e.
C'est parce que les molécules sont trÚs nombreuses qu'elles tendent à se mélanger et à ne plus obéir qu'aux lois du hasard (H. Poincaré, Hyp. cosmogon., 1911, p. lxvi).
Choix, prélÚvement au hasard. Méthode d'échantillonnage qui sélectionne sans critÚres préconçus, les éléments d'une série à des fins expérimentales, en sciences exactes ou humaines.

 
« Échantillon extrait au hasard » signifie que chaque Ă©lĂ©ment de l'ensemble Ă  la mĂȘme probabilitĂ© de se trouver dans l'Ă©chantillon (PiĂ©ron 1973).
− En partic., BIOL. GÉNÉT. :

5. Beaucoup d'esprits distinguĂ©s, aujourd'hui encore, paraissent ne pas pouvoir accepter ni mĂȘme comprendre que d'une source de bruit la sĂ©lection ait pu, Ă  elle seule, tirer toutes les musiques de la biosphĂšre. La sĂ©lection opĂšre en effet sur les produits du hasard, et ne peut s'alimenter ailleurs; mais elle opĂšre dans un domaine d'exigences rigoureuses dont le hasard est banni.
J. Monod, Le Hasard et la nécessité, Paris, éd. du Seuil, 1970, p. 135.(cf: voir article plus loin, dans ce dossier)

4.
Locutions

− Au hasard, loc. adv.

a)
À l'aventure, sans but prĂ©cis. Nous Ă©tions bien portans, d'assez bonne humeur : lui, avide de voir et tout prĂȘt Ă  admirer; moi, assez content de prendre de l'exercice et surtout d'aller au hasard (Senancour, Obermann, t. 2, 1840, p. 47). Cela semblait devoir finir en une simple promenade Ă  cheval, devant une foule silencieuse et morose, qui flĂąnait au hasard, lorsque les sonneries de trompettes annoncent l'arrivĂ©e des Russes (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 164). L'historien, qui ne va pas rĂŽdant au hasard Ă  travers le passĂ©, comme un chiffonnier en quĂȘte de trouvailles, mais part avec, en tĂȘte, un dessein prĂ©cis, un problĂšme Ă  rĂ©soudre, une hypothĂšse de travail Ă  vĂ©rifier (L. Febvre, Combats pour l'hist., 1933, p. 8) :

6. ... eh bien je repartirai pour Paris, je battrai les chemins comme je l'ai dĂ©jĂ  fait une fois, je deviendrai certainement une fille perdue, moi qui n'ai plus de mĂ©tier... Et elle s'en alla chercher ses paquets pour prendre le train, tandis que Meaulnes, sans mĂȘme la regarder partir, continuait Ă  marcher au hasard.
Alain-Fournier, Meaulnes, 1913, p. 349.

b)
N'importe comment.
 
Je vous écris tout ceci un peu au hasard, à travers le chagrin que j'ai s'il est vrai que je vous aie, bien involontairement, attristé (Hugo, Corresp., 1866, p. 539). Dans ce parc, les rosiers, les lilas poussent maintenant au hasard, comme dans un bois (Loti, Mon frÚre Yves, 1883, p. 61) :
7. Ces accidents ne furent jamais le fait des escadrilles organisées, qui allaient vers un but précis en masses compactes, mais de ces avions dits « de perturbation », qui, à force de foncer sur n'importe quoi, une fillette sur la route, un paysan à sa charrue, un troupeau de vaches dans un pré, finissaient par ne plus prendre garde à l'objectif et semaient la mort au hasard.
AmbriĂšre, Gdes vac., 1946, p. 344.

c)
Sans ordre, ni méthode.
Des commissions composées d'officiers pris au hasard étaient chargées de les recevoir [les fournitures] pour toute l'armée (L. Davout, Réorg. milit., 1871, p. 39). Nous nous sommes fait une loi de renoncer à la méthode trop souvent suivie par les sociologues qui, pour prouver leur thÚse, se contentent de citer sans ordre et au hasard un nombre plus ou moins imposant de faits favorables, sans se soucier des faits contraires (Durkheim, Divis. trav., 1893, p. xlii).

♩ Au hasard de,

loc. prép.
Selon ce qui se présente accidentellement par l'effet de l'imprévu. On loue et on blùme au hasard de l'humeur car, ici, ce qui est publié ne compte plus, ce qui est dit ne compte pas (Valéry, Corresp. [avec Gide], 1899, p. 357). Nyctalette, pour se dédommager des longues privations de l'hiver, dévorait tout ce qu'elle rencontrait au hasard de ses promenades (Pergaud, De Goupil, 1910, p. 80).
En partic. Au hasard de la fourchette (vx). À la fortune du pot, en plongeant sa fourchette ou ses doigts dans une marmite et en en retirant un morceau au hasard. Autrefois chez Paul Niquet Fumait un vaste baquet (...) Pour un ou deux sous, je crois, On y plongeait les deux doigts, Deux, à l'aventure. (...) À l'hasard de la fourchette (Richepin, Chans. gueux, 1876, p. 167). Au fig. On prend, on vole, on boit, on s'accouple et on fusille beaucoup, au hasard de la fourchette (Arnoux, Juif Errant, 1931, p. 199).

♩ Ne rien laisser au hasard. Tout prĂ©voir. Ce qui demeurait puissant, chez ce calicot, c'Ă©tait l'instinct paysan de prĂ©voyance, de dĂ©fiance, l'horreur du risque, le souci de ne rien laisser au hasard (Mauriac, NƓud vip., 1932, p. 206).

♩ Laisser faire le hasard. S'en remettre aux Ă©vĂ©nements. G. ne m'a rien rĂ©pondu. Je n'insiste pas, car j'ai rĂ©flĂ©chi qu'aprĂšs tout ce prĂ©ceptorat me rendrait le travail impossible, en me prenant 4 heures par jour. Donc de ce cĂŽtĂ© je laisse faire le hasard (RiviĂšre, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1907, p. 293).

B. −
P. méton.
Concours de circonstances, événement inattendu ou inexplicable (produit par le hasard).
Synon. coĂŻncidence. Un heureux, un pur hasard; un enchaĂźnement de hasards; les hasards de la conversation. Il y a de tels hasards dans la vie que la raison de l'homme ne saurait s'expliquer (Musset, Confess. enf. s., 1836, p. 297). Et si quelque chose peu Ă  peu se construit ou se rassemble, peut-ĂȘtre approuvera-t-il que ce soit avec les incertitudes, les retours, les hasards que prodigue la vie (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p. xvii). Le hĂ©ros mettait pied Ă  terre, Ă©teignait la mĂšche, le traĂźtre se jetait sur lui, un duel au couteau commençait : mais les hasards de ce duel participaient eux-mĂȘmes Ă  la rigueur du dĂ©veloppement musical : c'Ă©tait de faux hasards qui dissimulaient mal l'ordre universel (Sartre, Mots, 1964, p. 102) :

8. Mais, que vois-je? Ninon accouche de la petite fille annoncée : les événements les plus graves ont souvent leur source dans de méchants petits hasards de rien du tout, et je ne sais quoi me dit que cette rencontre fortuite du jardinier Cornebille et de la marquise va avoir sur la suite de notre histoire des conséquences infiniment ramifiées.
Boylesve, Leçon d'amour, 1902, p. 27.

− Subst. (dĂ©signant une pers.) + de hasard. Personne se trouvant dans telle situation par l'effet du hasard. Convive de hasard. Grands seigneurs obligĂ©s de passer par un lieu indigne d'eux, ils jugeaient inutile d'entrer en relations avec des voisins de hasard (Lacretelle, Silbermann, 1922, p. 57). Nul ne saurait dire combien de ces couples de hasard se sont formĂ©s durant les cinquante-six mois de la captivitĂ©, ni faire le dĂ©part entre les contacts Ă©phĂ©mĂšres d'Ă©piderme et les liaisons quasi bourgeoises (AmbriĂšre, Gdes vac., 1946, p. 204).

− Vieilli. Subst. + de hasard; p. ell. un hasard. Objet d'occasion ou bon marchĂ©. Je verrai (...) Ă  vous acheter des vĂȘtements d'ouvrier au Temple (...) le hasard vaut souvent du neuf (Vidocq, MĂ©m., t. 2, 1828-29, p. 380) :

9. Les curiosités de son ancien boudoir furent suffisantes pour donner aux trois piÚces un air coquet. On eut des stores chinois, une tente sur la terrasse, dans le salon un tapis de hasard encore tout neuf, avec des poufs de soie rose.
Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 142.

− Locutions

♩ À tout hasard, loc. adv.
 
À toutes fins utiles, en prĂ©vision de, pour faire face Ă  ce qui peut se prĂ©senter. Mais il y aura les rĂ©pĂ©titions, les rĂ©unions intimes, ce sera charmant! ... heureusement j'avais emportĂ©, Ă  tout hasard, ta robe habillĂ©e (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 223). Je n'ai pas pris la peine de consulter la carte. J'ai demandĂ© Ă  tout hasard une cĂŽtelette, pensant que peut-ĂȘtre il y en avait, ou que sinon on en trouverait aisĂ©ment dans le voisinage (Michaux, Plume, 1930, p. 139). En quittant Vadelaincourt par la route de Rampont, sa voiture dut freiner brusquement, pour ne pas renverser un prĂȘtre qui traversait sans prĂ©caution. Geoffroy, qui avait l'impression de l'avoir dĂ©jĂ  vu dans ces parages, lui fit Ă  tout hasard un petit signe de tĂȘte amical (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 162).

♩ Par hasard, loc. adv.
De maniÚre fortuite, accidentelle. J'étais debout, tenant à la main la lettre de Madeleine, comme un homme qui se noie tient un fil brisé, quand par hasard Olivier rentra (Fromentin, Dominique, 1863, p. 141). Ce n'est pas par hasard que la démocratie triomphe à cause du besoin croissant d'égalité politique dont le citoyen émancipé réclame l'assouvissement (Faure, Espr. formes, 1927, p.

26) :

10. Je me souviendrai toujours de mon passage dans le parti comme d'un de mes rares moments de dĂ©tente et de paix. J'Ă©tais par hasard tombĂ© dans la cellule d'une usine du xxe, une entreprise de petit outillage mĂ©canique du cĂŽtĂ© de la place des FĂȘtes : nous y Ă©tions peu nombreux, onze ou douze, c'Ă©tait une organisation oĂč on pouvait faire connaissance.
Nizan, Conspir., 1938, p. 230.

Comme par hasard, loc. adv., fréq. avec une nuance iron.
 
En feignant l'imprévu, comme si c'était l'effet du hasard.
Nos témoins sont Stidmann, Steinbock, Vignon et Massol, tous gens d'esprit qui se trouveront à la mairie comme par hasard, et qui nous feront le sacrifice d'entendre une messe (Balzac, Cous. Bette, 1846, p. 364). Il était trop orgueilleux pour paraßtre le regretter, en se mettant à sa recherche. Mais il réussit à le rencontrer, comme par hasard, et il se fit faire les premiÚres avances (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1546). Pradelle fut désolé. « Faites de grandes amitiés à Mademoiselle Mabille, m'écrivit-il. Nous pourrons bien, je pense, sans qu'elle manque à sa promesse, nous rencontrer en plein jour et comme par hasard? » (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 333).

Si par hasard,
loc. adv.
 
Si Ă©ventuellement, par occasion.
Je ne sais pas si vous aimez les femmes pùles, et je ne voudrais point heurter vos idées, si par hasard vous aviez du goût pour ce genre d'élégance moribonde qui a été à la mode pendant un certain temps (About, Roi mont., 1857, p. 56). Si par hasard vous deviez vous en aller « vers la capitale » lundi, j'attendrais jusqu'à lundi pour faire la route en votre compagnie (Flaub., Corresp., 1872, p. 73). Je n'ose pas descendre encore : si par hasard, je suis moins rapide que je ne le crois, je survole encore des terres élevées (Saint-Exup., Terre hommes, 1939, p. 215).

♩ Ce n'est pas un hasard si (mod.) [S'emploie gĂ©n. pour appuyer un raisonnement, une dĂ©monstration triviale, en partic. dans le lang. journalistique pour dĂ©montrer l'Ă©vidence de quelque chose] Ce n'est pas un hasard si l'Ă©vidence mĂȘme peut ĂȘtre rĂ©voquĂ©e en doute, c'est que la certitude est doute, Ă©tant la reprise d'une tradition de pensĂ©e qui ne peut se condenser en « vĂ©ritĂ© » Ă©vidente sans que je renonce Ă  l'expliciter (Merleau-Ponty, PhĂ©nomĂ©nol. perception, 1945, p. 454). Ce n'est pas un hasard si le mot « caractĂšre » est si Ă©troitement associĂ© chez nous Ă  l'Ă©vocation de La BruyĂšre (Mounier, TraitĂ© caract., 1946, p. 13). Ce n'est pas un hasard si le terme de « structure », de « structure Ă©conomique » ne figure pas dans de grands dictionnaires de la fin du xixe siĂšcle, et s'il est encore l'objet d'un accueil fort rĂ©servĂ© de la part d'Ă©conomistes qui se sont formĂ©s au cours de la mĂȘme Ă©poque (Perroux, Écon. xxe s., 1964).

♩ Par le plus grand des hasards, loc. superl.
C'est par le plus grand des hasards que j'ai découvert la mosquée de Mehmed Sokoli. Hier, je passais devant, et la porte de la cour était ouverte (FarrÚre, Homme qui assass., 1907, p. 258).

♩ Quel hasard! loc. exclam. −
Quel hasard! je passais. J'aurais pu ne pas vous voir. Mais vous veniez sans doute Ă  mon bureau
(Duhamel, Suzanne, 1941, p. 88).
− Jeu de hasard. Jeu oĂč l'habiletĂ© et l'adresse du joueur n'ont en principe aucun effet sur le rĂ©sultat. Le calcul des probabilitĂ©s suppose formellement des futurs contraires Ă©galement possibles, et cela surtout dans les jeux de hasard, qui sont la matiĂšre en quelque sorte typique de son analyse (Renouvier, Essais crit. gĂ©n. 2e essai, 1864, p. xxxv). Si la notion de pari est celle qui nous semble le plus prĂ©cisĂ©ment coĂŻncider avec les conditions que nous avons Ă©numĂ©rĂ©es, il ne faut pas hĂ©siter Ă  voir dans les jeux du hasard des diversifications fantaisistes d'une essence originaire, celle du pari (Jeux et sports, 1967, p. 456).
Rem. La plupart des dict. consultĂ©s donnent pour origine du mot hasard, le nom d'un jeu de dĂ© en usage au Moy. Âge, le hasard Ă©tant la sortie d'un nombre de points favorable au joueur.

♩ P. anal. Entreprise, phĂ©nomĂšne soumis Ă  des alĂ©as.
Enfin je sentis ma conscience, je rĂ©solus de m'appuyer uniquement sur elle, de considĂ©rer les jugements publics, les rĂ©compenses Ă©clatantes, les fortunes rapides, les rĂ©putations de bulletin, comme de ridicules forfanteries et un jeu de hasard qui ne valait pas la peine qu'on s'en occupĂąt (Vigny, Serv. et grand. milit., 1835, p. 194). Je laissai Ă  ma fantaisie toute libertĂ© de faire et de dĂ©faire, de crĂ©er sans difficultĂ© et de critiquer sans mesure, ce qui est un jeu dangereux, un de ces jeux de hasard oĂč l'on se ruine (ValĂ©ry, VariĂ©tĂ© III, 1936, p. 82).

♩ Au fig.
Corriger le hasard.
Tromper au jeu (Ac. 1935).
Le jeu de l'amour et du hasard. Titre d'une piĂšce de Marivaux. P. ext. et p. plaisant. L'amour est un jeu du hasard. Qui s'y frotte s'y pique. Il n'est pas bon que l'homme soit seul (Murger, ScĂšnes vie boh., 1851, p. 172). Chaque personne Ă©tant un « jeu de la nature », jeu de l'amour et du hasard, la plus belle intention, et mĂȘme la plus savante pensĂ©e de cette crĂ©ature toujours improvisĂ©e, se sentent inĂ©vitablement de leur origine (ValĂ©ry, VariĂ©tĂ© [I], 1924, p. 213) :

11. Au contraire, les mutations qui déterminent des caractÚres favorables sont retenues, elles se multiplient toujours davantage, elles envahissent l'espÚce, qui, par le jeu aveugle du hasard et de la mort, progresse immanquablement en s'adaptant de mieux en mieux aux circonstances.
J. Rostand, La Vie et ses probl., 1939, p. 174.

II. −
Vieilli, fréq. au plur.
 
Risque, pĂ©ril. Synon. alĂ©a. Maintenant je me suis mis au-dessus de toutes craintes que donnent les maladies contagieuses; et s'il plaĂźt Ă  Dieu, je ne mourrai pas de ce mal, aprĂšs les hasards que je viens de courir... (Chateaubr., GĂ©nie, t. 2, 1803, p. 416). Le portefeuille du bailli de l'Ăźle de Man que j'avais dĂ©fendu de si grands hasards, et qui faillit me coĂ»ter si cher (Nodier, FĂ©e Miettes, 1831, p. 152). Parmi les hasards qui vous guettent, il [le sanglier] connaissait le pĂ©ril des carrefours, des vieux troncs creux oĂč un tireur s'embusque, et les risques des clairs de lune trop vifs projetant votre ombre (Pesquidoux, Chez nous, 1923, p. 10) :

12. Le malheur qui lui est propre est l'espoir trompé, on dirait presque l'ambition trompée. Il [le paysan] est dans les hasards; mais l'idée d'un destin réguliÚrement mauvais ne naßt point de son expérience; c'est plutÎt la malédiction qu'il imagine, terminée à certains objets et à un certain temps.
Alain, Propos, 1921, p. 208.

− Les hasards de la guerre.
Les dangers, les pĂ©rils de la guerre. Tous deux enfourchĂšrent leurs selles comme si le malheur n'Ă©tonnait pas surabondamment leurs vies accoutumĂ©es aux hasards de la guerre (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 275). Vingt fois, le long de la voie dĂ©truite oĂč il Ă©tait revenu, attirĂ© par ces rails qui s'en allaient vers le sud, Ă©tape par Ă©tape, il refit le compte des heures qui le sĂ©paraient de la cĂŽte − calcul stupide, puisqu'il Ă©tait Ă  la merci de tous les hasards de la guerre (Tharaud, Dingley, 1906, p. 78). Les hasards et les malheurs de la guerre ont eu le privilĂšge de rassembler des hommes de milieu et de culture diffĂ©rents (CacĂ©rĂšs, Hist. Ă©duc. pop., 1964, p. 143).

− P. anal. GOLF.
 
Hasard, hazard.
Obstacle, accident de terrain dans un parcours de golf. Entre le départ et le green, il peut aussi y avoir quelques obstacles (hazards), c'est-à-dire bunker, fossé, cours d'eau, lac ou étang placés là pour éprouver le bon golfeur et punir le mauvais (A. Bernard, Le Golf, Paris, P.U.F., 1970, p. 28).
Prononc. et Orth. : [aza:ʀ] init. asp.
Par hasard,

HISTORIQUEMENT: 
chronologie et Ă©volution du sens et de l'orthographe du mot ...

 
cependant, se dit [paʀaza:ʀ], sans attaque dure de l'initiale de hasard. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1150 hasart « jeu de dĂ©s » (Everard de Kirkham, Distiques de Caton, Ă©d. E. Stengel, p. 115, no 23); 2. a) 1200 hasart « un certain coup au jeu de hasard » (J. Bodel, Jeu de Saint Nicolas, Ă©d. A. Henry, 1110 et v. note pp. 241-243); b) 1er quart du xiiie s. fig.
 Â« mauvais coup » (Reclus de Molliens, Miserere, CCXXI, 3 ds T.-L. : Mors au pekeour hasart fait).

B. 1.
xve s. hazard « risque, danger »
(Songe doré de la pucelle ds Anc. poésies fr., t. 3, p. 213); 2. début xvie s. hazart
« cas, événement fortuit » (J. D'Auton, Chronique, éd. R. de Maulde de La ClaviÚre, Soc. Hist. de Fr. II, 286 ds Gdf. Compl.); 1532 hasart adv.
« fortuitement, par hasard » (Dialogue de Mallepaye et Baillevant ds F. Villon, ƒuvres complĂštes, Ă©d. P. L. Jacob, p. 331). C. Av. 1573 hasard

« cause attribuée aux faits dont on ignore la cause réelle »

E. Jodelle, Didon ds ƒuvres, Ă©d. Ch. Marty-Laveaux, t. 1, p. 191 : le butin que le hasard nous donne). Empr. Ă  l'ar. pop. az-zahr
« le dé à jouer »
(az est la forme assimilée de l'art. al devant z)
par l'intermédiaire de l'esp. azar

 
« coup dĂ©favorable au jeu de dĂ©s; sorte de jeu de dĂ©s » (1283 d'apr. Cor. et FEW t. 19, p. 205b), avec un h- dĂ» au fait qu'au Moy. Âge, les mots Ă  initiale vocalique, et particuliĂšrement les mots Ă©trangers, Ă©taient souvent Ă©crits avec un h- (FEW).

 
À l'Ă©tymon ar. az-zahr, on peut objecter que le sens de
« dé à jouer », non attesté en ar. class., est « relativement moderne » (Lammens; v. aussi Devic, Klein

Étymol
. et Lok. no 2186), aussi Cor. propose-t-il de partir du sens de l'ar. class. zahr « fleur », parce qu'une fleur aurait Ă©tĂ© reprĂ©sentĂ©e sur l'une des faces du dĂ©. On a aussi proposĂ© un autre Ă©tymon : l'ar. yasara « jouer aux dĂ©s » (Klein Étymol.) ou yasar « groupe de joueurs de dĂ©s », dĂ©r. de ce mĂȘme verbe attestĂ© en ar. class. (Lok. no 2186). FrĂ©q. abs. littĂ©r. : 9 037. FrĂ©q. rel.
littér.
:
xixe s. : a) 13 255, b) 13 924; xxe s. : a) 11 683, b) 12 635. Bbg. Benzecri (J.P.). Hist. et préhist. de l'analyse des données. Les Cah. de l'analyse des données. 1976, t. 1, p. 11. - Knudson (Ch. A.). Hasard et les autres jeux de dés ds le Jeu de St Nicolas. Romania. 1937, t. 63, pp. 248-253. - Tiktin (H.). Zur Geschichte von hasard. Arch. St. n. Spr. 1911, t. 127, pp. 162-174.

WEBLOG:

Voir les commentaires

Le HASARD et La DESTINE : "est-on maßtre de son destin, ou chacun n'est-il que le jouet de la fatalité?"

26 Juin 2009, 15:59pm

Publié par pressagrun

Le HASARD et la DESTINEE ....


"On rencontre sa destinée souvent
par les chemins qu'on prend pour l'Ă©viter
" ...
Jean de la Fontaine



Est-on maĂźtre de son destin,
ou
 chacun n' est-il que le jouet de la fatalitĂ© ?



"Tout ce qui existe dans l'univers
est le fruit du hasard et de la nécessité"
DĂ©mocrite

ou

"Ce qui est hasard Ă  l'Ă©gard de l'homme
est dessein Ă  l'Ă©gard de Dieu
"
Jacques-BĂ©nigne Bossuet


Hasard, nécessité, dessein, destin ?
Comment concilier ces conceptions de notre monde? Tel que nous nous le représentons.
Sont-elles compatibles, conciliables, complémentaires ?

Quel est l'origine du Monde ?
Qu'est ce qui l'a fait naĂźtre,
Connaitra-t-il une fin ?
Ou un recommencement dans un nouveau big bang.
A-t-il un sens ?
Si oui, lequel ?

Autant de question que l'enfant en s'Ă©veillant se pose, par rapport Ă  sa propre existence et sa finitude .
D'oĂč je viens ? Demande-t-il trĂšs vite Ă  ses parents .
Et est-ce que je mourrai un jour ?

Les questions sur le pourquoi ĂȘtre au monde, se posent dĂšs le plus jeune Ăąge.
Suis-je le fruit du hasard ?
Ou de la nécessité?: "Mes parents voulaient un enfant ! "

En recherche d'identité, l'enfant questionne.
Il n'en est pas encore Ă  se poser la question du sens de l'existence. Mais de la sienne propre.
Pour l'enfant, le monde se réduit à Son monde, et il l'échaffaude par rapport à sa propre expérience de la vie au quotidien.

Devenu adulte, la question du sens de sa vie, et par extension de la vie, se pose et s'impose Ă  au petit humain devenu grand.

Que vais-je faire de ma vie?
Que m'offre La vie ?

La réponse la plus simple est de l'ordre de la socialisation.
Travailler, se marier, faire des enfants.
Et du matériel.
Posséder une voiture et une maison. Eventuellement partir en vacances etc...
Quand l'homme n'a plus Ă  oeuvrer pour sa propre survie, se pose la question d'organiser sa vie.
Je suis en bonne santé, je mange à ma faim. Et maintenant, je fais quoi de ce corps qui fonctionne ?
De cet esprit qui se pose plus ou moins de questions?

Comment nourrir son esprit, remplir sa vie ?
VoilĂ  la deuxiĂšme grande question.
Qui elle, ne trouve pas de réponse uniquement dans le matériel.
 Mais qui ainsi, nous transcende.

D'aucuns s'adonnent à des pratiques sportives, à la compétion, à une passion, à leur travail, leurs enfants etc...
Ils cherchent Ă  donner un but Ă  leur vie.
A la remplir.
Mais dans quel but ?

ET est-ce suffisant?
Puisque celle-ci évolue constamment dans un temps qui n'est ni défini, ni infini.
Que le cycle de la vie et l'expérience que nous en retirons nous poussent à en changer sans cesse le court .

Toute période de la vie se construit par interim.
MĂȘme pas en CDI !
La vie est imprévisible par définition, car elle n'est pas éternelle.
"Nul ne connait ni le jour, ni l'heure"... ni l'endroit etc... oĂč Elle nous quittera...ou Nous la quitterons.

Cette finitude oblige Ă  toujours se projeter, mais dans l'incertitude la plus complĂšte.
Tout peut s'arrĂȘter Ă  la seconde.
Et nous nous devons de faire comme si nous étions là pour l'éternité.
Nous devons nous tempérer et nous modérer, alors que le temps nous est compté.
Aimer et aider la nature qui bien souvent nous trahit !

D'autre part, l'autorité politique cherche de plus en plus à mettre des rÚgles partout, et par le biais de lois, de tenter -ou du moins de donner l'illusion- de maitriser tous les aléas de la vie.
Dans un combat perdu d'avance ...
Que de facultés d'adaptabilité, pour ne pas tomber à tout moment du fil sur le quel nous tentons de marcher.
 En cherchant Ă  garder un Ă©quilibre que nous savons plus qu'incertain...

La Crise économique, les crises politiques -par rapport à ce parcours semé d'embûches- paraissent ridicules -ou révékateurs- pour celui qui prend le recul nécessaire.
Quelques gouttes d'eau dans un océan de larmes, d'espoir, de petits bonheur et d'interrogations sans réponses ...
Quelques grains de sable dans un désert de violence inutiles... mais pourtant bien humaines !
L'EGO.

Il est une autre catĂ©gorie d'ĂȘtres humains, ce sont ceux qui se cherchent, se trouvent et se rangent derriĂšre une doctrine religieuse.
Qui les rassure, en leur donnant une sorte de "mode d'emploi" de la bonne marche Ă  suivre ...
Pour le meilleur et pour le pire.
Car de lĂ  Ă  vouloir imposer Sa VĂ©ritĂ© (comme pour s'en persuader soi-mĂȘme) -y compris par la force- il n'y a parfois qu'un pas!!!

Dans un cas comme dans un autre, chacun se crée ou se fraye un chemin dans la vie.
 MĂȘme s'il croit la subir.
La route est plus ou moins longue, plus ou moins parsemée d'embûche.
 Mais il faut en choisir une.
Sans pour autant savoir exactement par quels sentiers elle nous mĂšne...
...et c'est bien là que réside toute la difficulté de vivre .

Mais quel en est l'enjeu ?
Vivre libre, checher le bonheur, le confort, les biens matériel, spirituels ?
C'est dans ces choix, que l'on retrouve son éducation, son caractÚre et que l'on forge sa personnalité.
Celle qui nous donne Ă  prendre tel ou tel sentier (battu ou non !).
Ce qui nous construit, et continue de nous faire avancer .

Oui, mais vers quoi chemine-t-on?

Et c'est lĂ  que le bĂąt blesse.
Quoique l'on fasse de sa vie, on la terminera tous de la mĂȘme façon.

Alors Ă  quoi bon?
Peut-on s'interroger .
Qu'est-ce qui nous motive ?
Quel est le moteur qui permet Ă  l'homme d'avancer ?
 MalgrĂš la conscience qu'il a de sa finitude .

IL existe d'autres voies.
Se laisser porter par les aléas de lavie.
Choisir le fatalisme.
 S'en remettre au destin .

Le choix de l'homme libre tue le choix.
Car parmi tous les possibles, lequel prendre ?
Quelle responsabilitĂ© que d'ĂȘtre face Ă  son propre destin.
De se dire qu'on a ou non réussi sa vie, par ses simpes choix.
Selon ses propres critÚres de réussite (ou non ).

Et aprĂšs ?

Souhaite-t-on laisser une trace ,
Survivre dans la petite ou dans la grande histoire du Monde par delĂ  la mort ?
Tout ça pour quoi ?
Tout ça pour qui ?
ET pour quoi faire ?

Pourquoi faire ?

Sommes nous maĂźtres de notre destin, en choisissant le chemin qui nous y ammĂšne?
Ou simple fruits du hasard, qui nous a fait naßtre. Et de la nécessité qui nous a poussée à survivre (instinct de vie).
Dans le seul but que notre espĂšce se reproduise ?
Volonté supérieure ?
Ou purement biologique ?

Dans ce cas, quid du langage, de l'amour, de l'intelligence ?
A quoi sommes-nous destinés ?
A faire Ă©voluer une planĂšte ? Tout en Ă©vitant de la faire mourir.
A faire Ă©voluer l'homme dans sa conscience d'ĂȘtre humain en le civilisant.
Jusqu'Ă  ce qu'il atteigne une forme de perfection humaine et humaniste ?
A participer d'un projet qui nous dépasse?
Appartenant Ă  un grand ordinnateur ?
(Pas un simple PC ! Ce que l'on apelle couramment un  Dieu de l'Unnivers).

Notre destinée est-elle reliée à d'autres que nous ne connaissons pas encore?
Dans d'autres galaxies ?
Et pourquoi notre terre plutĂŽt qu'un autre ?
De quel Projet global sommes-nous les acteurs ?
L'Histoire est-elle un miroir?
Un leurre?
Ecrite Ă  l'avance ?

Le temps et l'Espace sont-ils tels que nous les percevons ?
Les scientifiques perceront-ils un jour le secret de la physique quantique ?
Celle de l'impensable pour nos esprit rationnels d'homo erectus.

La question de la destinée, pose celle du rÎle éffectif que nous aurions à jouer sur cette terre.
Et la difficulté que nous avons à répondre par l'affirmative.

Le hasard, c'est ce qui nous embarque sans que notre volonté n'intervienne.
Ce qui nous met Ă  la croisĂ©e des chemins et fait que l'on ne se pose mĂȘme pas la question du choix.
De l'action.
De la maßtrise de soi et de ce qui peut découler de nos actes.

Quoi qu'il en soit, si la destinée existe, elle efface la question du hasard et du choix.
Elle nous dit que tout (ce que nous vivons = percevons) est Ă©crit ailleurs.
Que nous serons poussés (ou attirés) vers la chemin que nous DEVONS prendre.
Parce que c'est CELUI-LA !
Selon quels critÚres? (cf. données actuels de physique quantique)... "Parce que c'était lui, parce que c'était moi"... !?!

Car tout cela pourrait n'ĂȘtre qu'une grande illusion ?
L'illusion que l'on mĂšne Sa vie , alors que c'est LA Vie qui nous mĂšne.
Cette grande manipulatrice...

Mais Ă  quelles fins ?????

That is the (eternal) question ...
Qui dépasse (pour l'instant ?), notre entendement humain .


Christine STROHL-GRÜN, alias Pressagrun (press'@grun)

Voir les commentaires

Deux temps , trois mouvements: vernissage Ă  Plouha (Bretagne), le 26 juin 2009

26 Juin 2009, 15:00pm

Publié par pressagrun

 

 

deux

temps,

trois

mouvements

Alain Le Nouail

  , PrĂ©sident de GwinZegal


François TrÚves

  , PrĂ©sident du Fonds rĂ©gional d’art contemporain Bretagne


sont heureux de vous convier à l’ouverture de l’exposition

« deux temps, trois mouvements »

 

 
vendredi 26 juin 2009 Ă  18h

à l’Espace Hermine,
 Avenue LaĂ«nnec
Ă  Plouha
 (entrĂ©e par l’arriĂšre du bĂątiment)

avec des oeuvres de :

Christian Boltanski, Mel Bochner, DĂ©lo Coisne, Fischli & Weiss, Jeff Guess, Jean-Louis Gonnet, Ken Ohara, Roman Opalka, Gabriel Orozco,

Mathieu Pernot, Etienne Pressager, Joseph Sudek, Lin Yilin

avec une performance musicale de
 

 

Daniel Paboeuf et Mistress Bomb H

Exposition du 27 juin au 4 octobre 2009

(Ă  l’exception du 23 aoĂ»t au 15 sptembre)

Cette exposition d’oeuvres photographiques et vidĂ©o est rĂ©alisĂ©e grĂące aux prĂȘts du
Centre national des arts plastiques,
du Frac Bretagne,
 du Frac Nord Pas-de-Calais,
 d’Anna Farova,
 de Jean-Louis Gonnet,
de Jeff Guess,
de Ken Ohara,
 de Mathieu Pernot,
 et de Lin Yilin.

Cette exposition est réalisée en partenariat entre le Frac Bretagne et GwinZegal.

Le Frac Bretagne reçoit le soutien du Conseil Régional de Bretagne, du ministÚre de la Culture et de la Communication.

GwinZegal reçoit le soutien de la Direction RĂ©gionale des Affaires Culturelles de Bretagne, la RĂ©gion Bretagne, le Conseil GĂ©nĂ©ral des CĂŽtes d’Armor, le Pays de Guingamp,lla CommunautĂ© de Communes de Lanvollon Plouha et la commune de Plouha.

w ww.gwinzegal.com

contact :
 info@gwinzegal.com

©Mathieu Pernot / Mantes la Jolie, 2001

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>