Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
www.presssagrun.com

Lancement de la "Carte Musique" (premier bébé de la loi Hadopi), par Frédéric Mitterand, rue de vallois ...

31 Octobre 2010, 15:37pm

Publié par presssagrun

ministère de la Culture r. de Vallois

SL730004.JPG

 

 Le

Lancement

de la

Carte Musique,

 par

Frédéric Mitterrand

ministre de la Culture et de la Communication

  

sur fond de concert acoustique 

avec:

 

Hangar

Marie - Amélie

Shy'm

Stromae

 

  

 a eu lieu:

le jeudi 28 octobre 2010  

à 19 heures  

dans les salons du Ministère

3, rue de Valois, Paris 1er

   

  Lire explications sur:

http://pressagrun.blog.20minutes.fr  

  

 

       

 

 

Voir les commentaires

Rencontre du Cercle de la Cthédrale avec le Directeur des 96 Banques de France, sur la crise économique: Strasbourg, le 3 octobre 2010 (phase du "quantitative easing")...

29 Octobre 2010, 17:58pm

Publié par presssagrun

place de la Cathédrale Notre-Dame, à Strasbourg ...

 

***

5087081339_44182561dd.jpgvoir aussi sur:

Trois ans après s’être bien installée dans les pays occidentaux, la crise économique entre, début novembre, dans une phase vraiment critique.

 

Le ‘‘Quantitative Easing’’, phase dangereuse dans une crise qui ‘‘ entre en territoire inconnu ’’

 

Le 8 octobre, en évoquant la stratégie de Quantitative Easing V2, James Bullard, Président de la Fed de Saint Louis aux Etats-Unis, avouait :

" Nous n'avons pas de réponse préétablie. C'est un scénario sans précédent, nous évoluons en territoire inconnu".

 

L'ampleur des déficits américains - 1 200 milliards prévus en 2011 contre 1 500 en 2009 -, la faillite de 40 états sur 50 et celle de deux tiers des Municipalités, rend cet expédient quasiment incontournable.

 

Le Quantitative Easing - création monétaire baptisée ‘‘assouplissement quantitatif ’’ -  n'a pas pour but de relancer l'économie ou de lutter contre les pressions déflationnistes, mais de monétiser la dette dont le montant à minima, estimé entre 1000 et 4000 milliards $, devrait être entériné le 3 novembre.

 

Ni la première phase de rachat massif de créances du secteur privé qui avait coûté 1 700 milliards à la FED,  ni le plan de relance de 750 milliards, n’ont eu d’effets sur le crédit aux particuliers ou aux entreprises … malgré des taux ridiculement bas !

 

Au contraire, au vu de la chute de la masse monétaire entre février et septembre 2010, Alan Greenspan déclarait récemment :

"nous sommes dans la pire relation possible entre la capacité d'emprunt et la dette depuis le ‘‘Bill of Rights’’ de 1791".

Détenteurs de 700 milliards de T-Bonds, les Chinois s’en séparent aujourd’hui au rythme de 34 milliards par mois.

Le crédit à la consommation US a baissé de 3,3 milliards $ en août,  septième mois de déclin consécutif.

Du 9,6 % officiel, le taux de chômage a atteint 19,2 % lorsque l'on ajoute le temps partiel et  les chômeurs depuis plus d'un an.

Faute de pouvoir relancer l'activité par la consommation, le choix s’est porté sur la dévaluation compétitive de la devise, ce que n’approuvent pas 4 des 13 présidents régionaux de la FED.

 

  •   D’après Jeffrey Lacker :

‘‘ sans contrepartie en termes de richesse économique, nul ne maîtrise, à court terme, les effets de ce nouvel ‘‘ assouplissement quantitatif ’’,  et, encore moins, à moyen terme ’’ !

 

  • Pour Keynes:

 â€˜â€˜ Il n'y a pas de moyen plus subtil et plus sûr de renverser une société que de dévaluer sa devise;  le processus implique le côté destructeur de toutes les forces cachées de la loi économique’’

La très discrète annonce, fin août,  de l’imminente arrivée de cette montagne de liquidités  mise à la disposition de partenaires bancaires, a fait s’envoler les prix des actifs, avec les meilleures performances, sur septembre, du Nasdaq depuis 8 ans, du S&P depuis 10 ans et du Dow Jones depuis 70 ans (+ 1, 3 milliard sur l’ensemble des marchés actions US ) !

 

Alors que la FED rachète les émissions vertigineuses du Trésor américain et monétise la dette au détriment du dollar, la BCE, par la voix d’Axel Weber, réaffirme que l'Europe doit cesser ses achats de dettes émises par des pays en difficulté comme l'Irlande où la Grèce !

 

Qui a raison ?

 

  • - George SOROS lorsqu’il dit que les Etats-Unis ont besoin de stimulants :

" Sans renflouage, le système financier serait resté paralysé" ?

- Ou sont-ce les renflouages eux-mêmes qui sont sources de paralysie ?

 ***

Pour aborder cette nouvelle étape dans une crise qui devient dangereuse,  j’ai le plaisir d’accueillir au Cercle la Cathédrale, pour la 4ème fois en 3 ans,

 ***

 

Monsieur Henri JULLIEN

 

Directeur du réseau des 96 Banques de France

 

Adjoint pour les activités Fiduciaires et de Place de

 

Monsieur Christian NOYER,

 

Gouverneur de la Banque de France

 

 
le Mercredi  3 Novembre 2010  Ã   20 H 00
 
à l’Hôtel de la Cathédrale

Place de la Cathédrale

 Ã 

Strasbourg

 

 ***

Aussi complexe que passionnante, cette phase de la crise laisse entrevoir de graves difficultés.

 

  • Nous pourrons également aborder :

1 - La robotisation des échanges sur les marchés boursiers

avec éradication du sens commun qui consistait, jusque là, à fixer le juste prix d’un actif.

2 - Les comportements :

 

- De la Banque du Japon qui intervient vigoureusement pour faire reculer sa monnaie

- Du Brésil qui se bat pour que ne s’apprécie pas le real

- De la Chine, avec une hausse de 10% de son PIB cette année et dont le yuan ne flotte que très modérément !

- De l’Inde dont la hausse du PIB est de 8,4 % avec une roupie au plus haut depuis 2 ans

- Et d’une Europe qui plonge dans l’austérité … sans se soucier de la parité de sa monnaie !

Pour l’Europe, écrit l'OFCE dans sa dernière note, le risque est grand d’un enchaînement déflationniste - scénario à la japonaise ( en déflation depuis 1990, 4 années après avoir accepté une très forte réévaluation de sa monnaie ) -

Guerre des nerfs, guerre des devises, guerre commerciale et guerre économique sur fond  de guerre sociale …joli programme pour la seconde décennie du 21ème siècle !!!

3 - Le tout dernier scandale à 1 000 milliards de $,  le "Foreclosure Gate’’ ou fabrication à la chaîne de faux dossiers de crédit immobilier hypothécaires enregistrés par le biais d'un programme baptisé "MERS", des centaines de milliers de saisies et d'expropriations entachées d'irrégularités flagrantes, un scandale majeur qui risque de carboniser les profits des plus grandes banques américaines, une enquête parlementaire soutenue par la totalité des 50 Etats américains.

4 - Suite à une attaque US à propos de subventions chinoises à l'énergie verte, Pékin vient, le 18 octobre, de lancer un embargo sur les exportations de terres rares en direction des Etats-Unis.

Les terres rares représentent 17 éléments dont 15 métaux nommés lanthanides utilisés dans les téléphones portables, la fibre optique, les systèmes de missiles téléguidés, l'inox, les écrans d'ordinateur, les aimants, batteries, éoliennes, lasers, ampoules à basse consommation...  

La Chine contrôle environ 95 % de la production mondiale !!!

En 2004, elle en exportait 60 000 tonnes,

 en 2007, 40 000 tonnes, en 2009, 30 000 tonnes, et

 fin 2010 embargo sur les Etats-Unis !!!!

Dans son plan 2009-2015, Pékin annonce vouloir stopper toutes exportations de dysprosium, terbium, thulium, lutétium et yttrium.

Face à une demande qui a doublé en 7 ans, Pékin souhaite fermer toutes les mines illégales, supprimer les exportations frauduleuses, concentrer l'extraction dans les mains de 5 grosses sociétés publiques et unifier le réseau de transport et de vente des TR

5 - La tentation du protectionnisme, augmentation des barrières douanières, inflation, hausse des taux, donc du service de la dette, … ?

 

Quel magnifique challenge, pour nous Européens, que de devoir faire face aux changements profonds qui nous attendent, tout en conservant nos valeurs de tolérance, d'ouverture et d'humanité.

 

 

Henri MATHIAN

 

* Le Cercle de la Cathédrale

 est une association dont l’objet est d’affirmer le positionnement européen de Strasbourg et de contribuer au débat public dans les domaines économique, social et politique à Strasbourg, au sein de la Communauté Urbaine et de l’Euro District.

Voir les commentaires

Budget 2011 pour l'Aide Publique au Développement (APD): manque de transparence avant le débat du 2 novembre 2010 ...

29 Octobre 2010, 14:36pm

Publié par presssagrun

4993047814_f10fcff2a5.jpg

 

Mardi 2 novembre,

 les députés débattront à l’Assemblée nationale

 des crédits consacrés

à l’Aide publique au développement (APD)

dans le budget de l’État pour 2011.

 

 

Fait inédit cette année :

 Ã  la veille du débat à l’Assemblée, le Document de politique transversale de la politique française en faveur du développement n’a pas été rendu public !

  Le document, qui rassemble l’intégralité des crédits que la France comptabilise en APD, est un élément essentiel pour permettre aux parlementaires de débattre à partir d’informations complètes et détaillées.

 Le projet de loi de finances 2011 souffre d’un manque de transparence préoccupant en ce qui concerne les crédits alloués à l’aide publique au développement. 

 

Les éléments d’analyse de Coordination SUD portent donc sur les informations transmises aux parlementaires, à savoir le projet de loi de finances 2011 et les informations relatives à la mission Aide publique au développement.

 

L’intégralité du rapport est disponible sur le site de Coordination SUD :

 www.coordinationsud.org/L-APD-dans-le-PLF-2011

 

Lire précisions sur :

 

http://pressagrun.blog.20minutes.fr

Voir les commentaires

Baromètre de la confiance: des attentes en matière de bonne gestion, d'utilité sociale et de contrôle ...

29 Octobre 2010, 13:50pm

Publié par presssagrun

134787124_66feed9e53.jpg

 

COMMuniqué de PRESSE 

         

Le baromètre de la Confiance 2010 du Comité de la Charte :

Des attentes en matière de bonne gestion, d'utilité sociale et de contrôle

Le Comité de la Charte, organisme de régulation professionnelle de l'appel à la générosité publique, a lancé pour la première fois en 2007 une enquête visant à mieux comprendre et à mesurer la confiance des Français à l'égard des organisations qui les sollicitent.

Celles-ci accomplissent des missions d'intérêt général au plan tant national qu'international et sont, par conséquent, des acteurs majeurs de la Société, dont l'apport est conditionné par l'adhésion qu'elles suscitent de la part du public.

Quels sont les déterminants de la confiance des Français ?

 La crise a-t-elle un impact sur leur vision du monde de l'appel à la générosité 

Quelles sont leurs attentes ?

 Voici les enseignements de cette troisième édition du baromètre de la confiance.

 

 

Les principaux enseignements de l'enquête :

 

1 - méfiance, défiance

Les associations et fondations faisant appel à la générosité du public ne sont pas épargnées par la défiance de l'opinion publique à l'égard de nombre d'institutions : seuls 41 % des Français âgés de 18 ans et plus interrogés par TNS Sofres déclarent aujourd'hui leur faire confiance, alors qu'ils étaient 52% en 2008... et 63% en 2004.

La chute est sévère

Cette méfiance est incontestablement un frein au don, même si elle n'empêche pas nécessairement de venir en aide à telle ou telle institution : Il est rassurant de constater que la propension à donner ne suit pas la même évolution.

 Cependant, même les donateurs réguliers (donnant au moins une fois par an) ne sont que 56% à déclarer avoir confiance dans les associations et fondations qui font appel à la générosité du public, en recul de 7 points par rapport à 2008.

 

2 - Bonne gestion, utilité sociale, contrôle : trois attentes majeures

L'enquête de TNS Sofres révèle que pour gagner la confiance du public, une association ou une fondation doit apporter des garanties dans deux domaines-clés : bonne gestion et utilité sociale.

·       La confiance dans la bonne gestion se gagne notamment par la transparence financière (note d'importance : 6,9 sur 10) et la rigueur de gestion (6,9 sur 10 également).

·       La confiance dans l'utilité sociale se gagne quant à elle en affichant clairement sa vocation et en s'y tenant (note d'importance : 7 sur 10), en agissant avec efficacité pour la cause soutenue (6,8 sur 10), mais aussi en affectant les dons aux causes précises que le donateur souhaite soutenir (6,7 sur 10), et en communiquant bien sur les actions menées (6,7 sur 10).

Apporter ce type de garantie n'est possible que s'il y a contrôle, et le fait que l'association ou la fondation soit contrôlée est toujours de loin le critère le plus important aux yeux du public (note d'importance : 7,3 sur 10).

 

3 - Une prise de distance attendue avec les modes de fonctionnement et les critères de performance de l'économie marchande

L'enquête de TNS Sofres révèle ainsi que la recherche de l'efficacité ne peut faire renoncer à d'autres priorités : ainsi seuls 38% des interviewés déclarent accepter l'idée qu'une association ou une fondation ne dépense pas tout de suite tout l'argent collecté suite à un appel d'urgence, si elle pense qu'elle pourra mieux l'utiliser ensuite pour la même cause.

De même, seuls 37% des d'interviewés déclarent avoir davantage confiance dans les associations et fondations qui emploient des salariés, vs. 42% déclarant avoir davantage confiance dans celles qui n'emploient que des bénévoles.

Ces attentes, qui peuvent entraver la recherche d'efficacité, résultent vraisemblablement d'un désir de voir le monde associatif maintenir une certaine distance avec celui de l'économie marchande.

 

4 - Le regard porté sur le contrôle des associations et fondations se durcit

Seuls 9% des Français interrogés par TNS Sofres disent se sentir plutôt bien informés sur la manière dont les associations et fondations faisant appel à la générosité du public sont contrôlées, et les deux tiers des interviewés estiment aujourd'hui que les associations et fondations faisant appel à la générosité du public sont insuffisamment contrôlées.

Ces résultats illustrent une sensible dégradation de la confiance des Français dans la façon dont les associations et fondations sont aujourd'hui contrôlées : le pourcentage d'interviewés s'estimant bien informés a baissé de plus de 40% depuis 2008.

 

Pour autant, seule une petite majorité des donateurs accepteraient qu'une partie de leurs dons soit utilisée par les associations qu'ils aident pour renforcer leurs procédures de contrôle.

Ce qui peut signifier :

·       soit qu'ils pensent savoir sélectionner des associations et fondations suffisamment bien contrôlées pour pouvoir leur faire confiance,

·       soit qu'ils souhaitent que le renforcement du contrôle ne soit pas source de dépenses.

La quadrature du cercle ?

 

Selon Gérard de La Martinière, Président du Comité de la Charte:

 Â« les enseignements de cette enquête doivent être soigneusement analysés par les responsables du monde associatif.

En effet, leur activité, pour généreuse qu'elle soit et toujours inspirée par le souci de l'intérêt général, n'échappe pas à la réserve, voire à la défiance  que génère la morosité ambiante,  reflet de la crise économique et financière.

Ce constat appelle à l'évidence de vigoureux efforts, de la part de chaque organisation comme par l'ensemble du secteur, pour restaurer les bases de la confiance du public, en mettant en avant les progrès réalisés dans les domaines de la rigueur, de la transparence et du contrôle Â».   

 

A propos du comité :

Le Comité de la Charte du Don en Confiance exerce depuis plus de 20 ans la mission de régulation professionnelle de l'appel à la générosité publique.

Son action se fonde sur l'élaboration des règles de déontologie, l'agrément des organismes volontaires pour se plier à une discipline collective vis-à-vis des donateurs et le contrôle continu des engagements souscrits.

 Sa position lui permet de combiner  la nécessaire indépendance de jugement avec la proximité des acteurs du mouvement associatif.

Les 4 champs du contrôle continu exercé par les contrôleurs du Comité sont le fonctionnement statutaire et la gestion désintéressée ; la rigueur de la gestion ; la qualité de la communication et des actions de collecte de fonds ; et la transparence financière.

Pour voir le contenu détaillé des engagements souscrits par les organisations agréées ainsi que la liste de celles-ci :

  www.comitecharte.org

 

Le public peut reconnaître les organisations agréées par la marque

comité de ma charte

 

 

 

Voir les commentaires

SOS Education: succès de la dernière pétition...

27 Octobre 2010, 17:19pm

Publié par presssagrun

5108556200_5f60407e49.jpg

Suite à l’avalanche de messages de soutien

 que nous avons déclenchée en faveur du proviseur Catherine Guichet… les pages Internet expliquant les violences des manifestants lycéens sont réapparues sur le site du lycée Delambre-Montaigne d’Amiens ce matin, en milieu de matinée ( avec les photos d’incendie !) :

Journée du 14 Octobre 2010

Lundi 18 Octobre 2010 Bilan de la situation

Un grand bravo donc, à Catherine Guichet, de son courage et de sa volonté de transparence.

Et un grand merci à vous d’avoir répondu « présent » à l’appel de SOS Education. Notre mobilisation a été efficace.

Par ailleurs, la lettre ouverte que nous avons rédigée à l’attention du Recteur de l’Académie d’Amiens, Jean-Louis Mucchielli, a récolté 5850 signatures, à cette heure.

C’est absolument énorme, en si peu de temps, et cela témoigne du bon fonctionnement de notre réseau sur Internet.

Vous trouverez ci-dessous un échantillon représentatif des messages de soutien envoyés à Catherine Guichet. Nous continuons à en recevoir des copies par dizaines chaque heure.

Un grand merci de votre soutien au combat pour l’éducation.

 


Vincent Laarman
Délégué général

TÉMOIGNAGES

•    Madame le Proviseur,

En tant que père de famille nombreuse (7 enfants et 21 petits enfants), qu’ancien directeur d’une école d’ingénieur et qu’ancien Maire, je voudrais que vous sachiez que je vous félicite de votre courage, de votre transparence et de votre honnêteté dans les situations que vous vivez. Vous avez tout le soutien de ma femme et de moi-même
Bien cordialement.

•    Madame le Proviseur,

Merci de nous avoir informé sur les faits qui ont perturbés sérieusement votre établissement et qui ont porté préjudice aux élèves et aux enseignants.

La politique de « l’autruche », donc de dissimulation ou de minimisation n’est pas la bonne.
Vous avez toute notre sympathie. J’ai signé la pétition initiée par SOS Education.
Il faut défendre l’enseignement public.

•    Madame Guichet

C'est l'ex président des parents d'élèves FCPE (1972- 1979) qui est bouleversé de savoir qu'il puisse exister une telle situation. Aucune remarque, aucune action des fédérations de parents d'élèves et de syndicats enseignants ne sont mentionnées. Où sont-ils? Ils devraient être près de vous et vous soutenir dans votre démarche. Ceci me dérange et c'est peut-être ce qui explique cette situation dramatique pour l'avenir de tous les personnels de l'éducation nationale, sans parler de celui des enfants qui est déjà en perdition.

•    Madame,

Par ce message je tiens à signaler mon soutien à votre action courageuse.

C'est en faisant connaitre les problèmes et les dangers qui menacent nos écoles que nous pourrons recueillir le soutien des parents d'élèves.



Catherine Guichet a reçu des centaines de messages comme ceux-ci.

Si vous n'avez pas encore signé la pétition de solidarité au proviseur adressée au recteur d'Amiens, cliquez ici.

 

SOS Éducation est une association qui oeuvre à la défense de l'école. L'association mène tout type d'actions pour promouvoir une éducation de qualité, fondée sur des programmes cohérents, des méthodes d'enseignement, éprouvées, l'autorité des professeurs, la reconnaissance du travail et du mérite des enseignants, le respect de la neutralité de l'école.

SOS Education

- 120 boulevard Raspail

- 75006 Paris

- 01 45 81 22 67

 - www.soseducation.com  

- contact@soseducation.com

Voir les commentaires

Blurb au salon de la photo 2010, porte de Versailles; éditer un livre grâce au net...

27 Octobre 2010, 15:55pm

Publié par presssagrun

 5115808237_c7a4330e58.jpg

 expo. d'art contemporain au château de Versailles...

*

**

Rencontrez Blurb

 

Du 4 au 8 Novembre 2010

 

Paris

 â€“ Porte de Versailles

Stand E.98 ;

Pavillon Hall

 

A propos de Blurb

 

Blurb® est une plateforme de création et d’édition de livres et de books photos, qui permet de révéler le génie créatif qui sommeille en chacun de nous.

Grâce à la plateforme Blurb, il est facile de concevoir, publier, commercialiser et vendre des livres de qualité professionnelle via le logiciel gratuit et primé de Blurb : BookSmart®.

La librairie et les outils de marketing en ligne de Blurb permettent aux clients de commercialiser et de vendre leurs livres photos tout en conservant la totalité de leurs profits.

 Les fonctionnalités sociales et communautaires de Blurb permettent aux clients de créer et de partager facilement des livres Blurb avec leurs amis ou encore leurs collègues.

 

Blurb a été créé en 2005 par Eileen Gittins et comprend aujourd’hui une équipe de professionnels du design, de l’Internet et des médias dont la passion est d’aider les gens à donner vie à leurs histoires.

En 2009, Blurb a fait livrer plus de 1,2 million de livres photos dans plus de 74 pays et a généré plus de 45 millions de dollars de revenus.

Le siège social de Blurb est situé à San Francisco, et l’entreprise dispose également de bureaux à Londres.

 

Pour plus d’informations à propos de Blurb, rendez-vous sur :

  www.blurb.fr

 

Sur le salon:

 

Des démonstrations des outils de Blurb :

Booksmart, PDF to Book et Bookify®, outil de création de livres en-ligne, dernier né de la gamme Blurb;

sont prévues sur le stand.

 

Avec 3 modes de création de livres:

- Bookify®,

- Booksmart®

- et PDF to Book®,

- et grâce à BookShow®, un widget de présentation et de vente en ligne,

les produits et les fonctionnalités communautaires de Blurb permettent  aux  photographes  de  créer  et  de  partager  facilement leurs livres avec leurs amis ou leurs collègues, et de commercialiser leurs œuvres en conservant la totalité de leurs profits.

 

Voir les commentaires

Etude Sky Prods: Les français pensent en majorité que pour réussir il faut être pistonné...

27 Octobre 2010, 14:36pm

Publié par presssagrun

 

4970646453_6abf72380e.jpg 

 

 

Les Français croient plus au piston qu'au talent

Résultats de l'étude Sky Prods

"Les Français, le piston et le talent"

 

- 88% des Français pensent que le piston prime sur le talent

- Près d'1 Français sur 2 désigne la France comme le 'pays du piston'

- 1 Français sur 3 ne pistonnera jamais ses collègues de travail

- 1 Français sur 5 refuse d'être pistonné par principe

- 3 Français sur 4 pensent le cinéma et l'audiovisuel sont les secteurs les plus pistonnés

- 84% des Français pensent que nos stars ont été pistonnées pour réussir

- Près d'1 Français sur 2 pense que les dirigeants du CAC 40 sont des pistonnés

- Les entreprises qui incarnent le plus 'le talent' sont LVMH en France et Apple à l'étranger

 

 

Paris, 26 octobre 2010

- Sky Prods, spécialisé dans la découverte de nouveaux talents dans les métiers culturels, a organisé une enquête nationale afin d'analyser le regard des Français sur "le piston" et "le talent". 

 

Le piston, une injustice dont on aime bien profiter, même à contre coeur.

Le piston est avant tout une question de chance pour une large majorité de Français (68,2%). Malgré ce premier jugement, près d'un sur deux (40,8%) considère que le piston est une injustice qui ne devrait pas exister. Seule une minorité pense qu'il s'agit d'une bonne chose qui permet de faire la différence (7,6%).

S'ils le pouvaient, plus de 75% des Français accepteraient d'être pistonnés (77,6%). En revanche, plus de la moitié d'entre eux (58%) confessent qu'ils accepteraient à contre coeur. Seul un Français sur cinq refuserait d'être pistonné par principe.

Si le "piston" était un objet, la majorité des gens le rattacherait à un moteur, un instrument de musique, un téléphone ou de l'argent.

 

Le Français prêt à pistonner sa famille et ses amis mais pas ses collègues.

La grande majorité des Français (86,5%) serait prête à pistonner des membres de leur famille ou leurs amis. Ils seraient moins généreux avec leurs collègues de travail puisque plus d'un Français sur trois (34,5%) avoue qu'il ne les pistonnerait jamais.

La majorité des Français affirme déjà avoir été pistonnée dans leur vie personnelle ou professionnelle (63,2%) dont 14,8% plusieurs fois.

La plupart d'entre eux (62,8%) pense que le piston a plus d'importance dans notre société aujourd'hui qu'il n'en avait il y a 10 ans.

 

Pour la grande majorité, le piston prime sur le talent

88% des Français pensent que le piston prime sur le talent en général. Malgré cela, 94,7% pensent pouvoir réussir dans la vie sans piston même si 70% d'entre eux soulignent que cela reste difficile.

 

Les dirigeants du CAC 40 et nos stars sont tous des pistonnés.

Plus de 8 Français sur 10 (83,9%) pensent que les stars françaises issues d'un métier artistique ont été pistonnées pour réussir.

Les dirigeants des entreprises du CAC 40 ne sont pas épargnés, près d'un Français sur deux (43,5%) pense que la majorité d'entre eux, voir tous, ont été pistonnés pour atteindre leur poste de direction.

L'art (45,7%) et la politique (35,4%) sont perçus comme les milieux les plus pistonnés en France devant le sport, le secteur public et privé.

Pour trois Français sur quatre (74,9%), le cinéma et l'audiovisuel sont les secteurs artistiques les plus pistonnés loin devant la littérature (11,2%), la musique (10,8%) et la photographie (1,8%).

 

Les Français rattachent le talent à des artistes avant tout...et leur mère.

Aux yeux des Français, ce sont des artistes qui incarnent le plus le talent.

En effet, ils rattachent la notion de "talent" à des personnalités artistiques telles que Pablo Picasso, Mozart ou encore des artistes plus récents tels que Michael Jackson ou Jacques Brel.

Plus étonnant, un grand nombre rattache également cette notion à "leur mère".

Lorsque l'on parle de Cinéma, ce sont des acteurs qui incarnent le mieux la notion de talent pour les Français. Johnny Depp, Gérard Depardieu et Clint Eastwood forment le trio de tête devant Leonardo DiCaprio et Sophie Marceau, puis suivent les réalisateurs Woody Allen et Steven Spielberg.

Si le "talent" était un objet, la majorité des Français le rattacherait à un stylo, une œuvre d'art ou de l'argent.

Pour 69,1% des Français, le talent n'est pas simplement inné, il doit également être travaillé pour pouvoir être exploité.

L'un n'est pas dissociable de l'autre.

 

Talent = luxe et automobile en France, nouvelles technologies à l'étranger.

Les entreprises françaises qui incarnent le mieux la notion de talent appartiennent en majorité au secteur du luxe : LVMH, Chanel et L'Oréal. Le secteur automobile a également la cote avec PSA Peugeot Citroën et Renault cités en tête des réponses.

Du côté des entreprises étrangères, les sociétés issues du secteur des nouvelles technologies arrivent loin devant, à commencer par Apple, suivi de Microsoft, Google, Pixar et Facebook. Parmi les autre secteurs d'activités, ce sont Coca-Cola, Ikéa et Mercedes qui tirent le plus leur épingle du jeu.

 

La France, pays du piston, et les Etats-Unis, pays du talent

A la question : si vous deviez rattacher le mot "piston" à un pays, auquel penseriez-vous ?

Loin devant avec 41%, près d'un Français sur deux cite la France comme pays qui incarne le plus le piston. Derrière suivent les Etats-Unis (13%), l'Italie (8%), la Russie (4%), l'Angleterre (3%), l'Afrique (3%), la Grèce (3%) et la Suisse (2%).

A la question :

si vous deviez rattacher le mot "talent" à un pays, auquel penseriez-vous ?

Ce sont les Etats-Unis qui arrivent en tête des réponses pour un Français sur quatre (24%).

Derrière suivent la France (18%), l'Italie (8%) , le Japon (6%), l'Allemagne (4%), la Chine (4%), le Brésil (3%) et l'Angleterre (3%).

 

 

Les résultats de cette étude sont téléchargeables directement sur la page d'accueil du site Sky Prods : www.skyprods.fr

 

Etude auto-administrée en ligne réalisée auprès de 4 156 personnes en France du 20 septembre au 15 octobre 2010:

 

64,5% d'hommes et

35,5% de femmes,

38% de 18 à 25 ans,

35% de 26 à 45 ans,

21% de 46 à 60 ans,

 6% de plus de 60 ans

 

 

A propos de Sky Prods :

 

Sky Prods a été créé en 2006 avec un but bien précis :

découvrir et ouvrir des portes à de nouveaux talents.

Leur slogan "Non au piston, Oui au talent".

Sky Prods organise chaque année 3 concours culturels internationaux : photographie, nouvelles et courts-métrages.

 Les concours Sky Prods sont ouverts à tous, amateurs et professionnels, de tout âge et nationalité.

Son objectif est de créer des voies supplémentaires pour accéder à des mondes artistiques trop fermés et privilégiés ainsi que de mettre en valeur des idées innovantes et non-conformistes.

 

Participez du 1er septembre au 13 novembre 2010 aux 4èmes éditions des Concours:

 de Photos,

Nouvelles et

Courts-métrages Sky Prods.

 

Plus d'informations sur :

 www.skyprods.fr

Voir les commentaires

Deuxième forum des métiers du cinéma: le 19 et 20 novembre 2010 ...

27 Octobre 2010, 13:50pm

Publié par presssagrun

5118004523_44c8de7bc0.jpg

Communiqué de Presse

A l'initiative de la Mairie

 d'Epinay-sur-Seine (93),
la 2e édition du "Forum des métiers du cinéma et de l'audiovisuel en IDF"
.

Les 19 et 20 novembre 2010, venez à la rencontre des 15 écoles présentes sur stand interactif,
des 35 professionnels et découvrir les ateliers & animations prévues

 - Entrée Gratuite

Le programme, les intervenants, la liste des écoles
sont disponibles immédiatement sur la page Facebook 


 

Voir les commentaires

France Musique à Strasbourg : à partir du 23 novembre 2010 ...

25 Octobre 2010, 17:20pm

Publié par presssagrun

 

Lundi 25 octobre 2010

France Musique à Strasbourg,

capitale de Noël

 

Week-end spécial

du

 26 au 28 novembre

 

A l’occasion de l’ouverture du marché de Noël, France Musique décentralise son antenne au cœur de la ville de Strasbourg, et s’installe sous un chapiteau, place du Château.

En proposant plus de 30 heures de programmes tout au long de la semaine dont 10h en direct de la capitale Alsacienne

le week-end du 26 – 28 novembre,

France Musique célèbre le patrimoine et la vie musicale de cette ville. 

 

A suivre tout au long de la semaine :

 

> Du lundi 22 au vendredi 26 novembre 

16h > 17h45    Grandes  Figures / Frédérique Jourdaa : Charles Munch   

 

> Du  mardi 23 au vendredi 26 novembre 

7h > 9h             Musique Matin / Alex Taylor en direct du Parlement européen 

Un député européen sera l’invité de la matinale chaque jour à 8h15 et à 8h45 Le mot du jour de Pierre Charvet sera consacré à un compositeur ou un ensemble lié à la Ville.

 

> Mercredi 24 novembre

minuit > 1h       Chemin Rêvant / Olivier Nahum

   avec Gilles Pudlowski, auteur du Dictionnaire amoureux de l'Alsace"

 

> Vendredi 26 novembre

en public et en direct de Strasbourg – Chapiteau, place de la Cathédrale.

 

15h30 > 17h30  La tribune des critiques de disques / François Hudry

enregistrement pour diffusion le dimanche 28 novembre de 14h à 16h

Le magnificat de Bach 

avec Hervé Lévy, responsable de la rédaction du mensuel Poly,

Pierre-Emmanuel Lephay, professeur agrégé de musique et critique sur forumopera.com

Benjamin François, producteur de France Musique et journaliste au DNA

 

18h > 19h         Le magazine / Lionel Esparza

avec Patrick Minard, directeur général de l'Orchestre Philharmonique de Strasbourg

des musiciens de L'Orchestre Philharmonique de Strasbourg,

Geneviève Honegger, historienne

 

19h > 20h         Open jazz / Alex Dutilh

avec Philippe Ochem, directeur du festival Jazzdor à Strasbourg,

Bernard Struber, directeur du Département jazz du conservatoire de Strasbourg

Musique vivante avec de jeunes musiciens de la scène strasbourgeoise

  

20h > 22h30     Concert en direct du Temple Neuf, à 20h30

présenté par Benjamin François

Daniel Roth, grand-orgue Walcker

Les VOIX DE STRASS

Catherine Bolzinger, direction

 

> Samedi 27 novembre  

9h > 11h           Les enfants de la musique / Emmanuel Davidenkoff

avec Marie-Claude Segard, directrice du Conservatoire

 

12h30 > 14h     Le concert de 12h30 / Gaëlle Le Gallic

concert enregistré à Strasbourg le 18 novembre

Stravinsky – Prokofiev

Alexander Toradze, piano

Orchestre Philharmonique de Strasbourg

Dima Slobodeniouk, direction

 

14h > 16h         Strasbourg chante Noël / Benjamin François

En écho aux itinéraires Orgues en choeurs dans la ville :

reportages,  plateaux de musique vivante (chÅ“urs) et divers invités qui se succèderont au micro : Christine Ferber, « la fée des confitures Â» de Niedermorschwihr / Philippe Olivier, historien de la culture / Freddy Raphaël, historien du judaïsme / Roland Ries, Maire de Strasbourg / Louis Oster, président du cercle Richard Wagner / Catherine Bolzinger, professeur de chant choral au C.R.R de Strasbourg, chef de chÅ“ur des Voix de Strass…

 

17h > 19 h        Le jardin des Dieux / François-Xavier Szymczak

enregistrement pour diffusion le dimanche de 8h à 10h

 

18h > 19h         Les greniers de la mémoire / Karine Le Bail

   le Festival de Strasbourg (fondé en 1932)

  

> Dimanche 28 novembre 

8h > 10h           Le jardin des Dieux / François-Xavier Szymczak

 

14h > 16h         La tribune des critiques de disques / François Hudry

 

16h > 18h         L'air des lieux / Stéphane Grant

Les Percussions de Strasbourg

 

France Musique à Strasbourg : 95.0

Réécoutez ou podcastez nos programmes sur francemusique.com

Retrouvez-nous sur twitter et facebook !

 

Week-end spécial préparé en collaboration avec la Mairie de Strasbourg

Voir les commentaires

Les casseurs dans les manifestations, seraient-ils command(it)és...

25 Octobre 2010, 16:47pm

Publié par presssagrun

@rrêt sur images en public !
Attention, révolution.
Pour la première fois, l'émission @rrêt sur images est enregistrée hors les murs, loin de nos douillets locaux, et en public. Pourquoi cette folie ?
Pour célébrer la première année…
00:03:48

Gazette d'@rrêt sur images, n° 148

A quoi joue la police ?

Depuis quelques jours, une étrange vidéo rebondit de site en site, suscitant commentaires et soupçons.

On y voit un casseur, lors d'une récente manifestation parisienne, défoncer à la barre de fer la vitrine d'une banque.

Un passant s'interpose.

Le passant est lui-même frappé par une autre personne.

S'ensuit une mêlée confuse.

Plusieurs éléments font croire que certains intervenants de cette mêlée, costumés en manifestants à capuche, pourraient être des policiers en civil.

Faut-il aller plus loin, et soupçonner que le casseur lui-même est un policier provocateur ?

 Des internautes le supposent, sans aucune preuve, évidemment.

Chercher des preuves, c'est notre rôle.

Parmi d'autres, nous avons mené l'enquête (elle est ici (1)).

 

Disons-le tout net :

des éléments instructifs y apparaissent sur la pratique policière d'infiltration des casseurs, mais aucune preuve définitive sur ce "casseur"-là.

N'empêche que ce cas pose une question professionnelle : comment combiner notre travail de journalistes avec l'apport de nos abonnés, qui nous font parvenir témoignages et commentaires ?

C'est justement le sujet de notre émission de cette semaine.

Grande nouveauté : nous l'avons enregistrée à l'extérieur, et en public, à l'occasion de la première journée de la presse en ligne. Vous y verrez des journalistes réfléchir sur eux-même, à mesure que le média s'invente.

 Plus efficace que l'ancienne presse ?

Pas toujours.

Mais au moins, capable de temps en temps de prononcer ces mots salutaires: "je ne sais pas".

 Nous sommes heureux d'être de cette aventure.

Notre émission est ici (2), ses meilleurs moments sont là (3).

 

N'oubliez pas : la ressource UNIQUE d'@rrêt sur image est constituée par les abonnements, alors n'attendez plus. (4)

Daniel Schneidermann


l'ensemble des adresses web de ce présent message :

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>