Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
www.presssagrun.com

Gagner la bataille de l'exportation avec les PME: séance pléniÚre du CESE (point presse pour les journalistes)...

28 FĂ©vrier 2012, 12:10pm

Publié par presssagrun

Le CESE vote son avis:

 Â« Gagner la bataille de l’exportation avec

les PME »


 

 

Séance du mercredi 29 février 2012

Dans un contexte de dĂ©ficit de notre balance commerciale jamais Ă©galĂ©, la section des affaires europĂ©ennes et internationales du Conseil Ă©conomique, social et environnemental a dĂ©signĂ© Jean-François Roubaud, PrĂ©sident de la CGPME, comme rapporteur d’un avis sur l’exportation et les PME.

Le projet d’avis de la

 section de l’AmĂ©nagement durable des territoires

sera soumis au vote en séance pléniÚre

le 29 fĂ©vrier 2012 au Palais d’IĂ©na.

(SĂ©ance ouverte au public)

*** 

Pour les journalistes:

La prĂ©sentation de l’avis sera prĂ©cĂ©dĂ©e d’un

 point presse Ă  12h,

***

en présence de :

Jean-François Roubaud et du président de la section des affaires européennes et internationales,

 Yves Veyrier.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Palais d’IĂ©na

Siùge du Conseil Économique, Social et Environnemental

9 place d'IĂ©na - 75016 Paris

AccÚs : Bus n°32, 63, 82 (Iéna) / Métro ligne 6 (Trocadéro) et 9 (Iéna)

 

 

Voir les commentaires

l'Islam chez lui chez nous: entretien avec l'auteur d'un livre politiquement incorrect...

28 FĂ©vrier 2012, 11:58am

Publié par presssagrun

 
blank
FrancePhi
blank

« Il faut dĂ©noncer le piĂšge d’une idĂ©ologie, par nature contestable, mais qui

est en mĂȘme temps une religion par nature intouchable


Sinon, dans cinquante ans, la France connaütra un “printemps arabe”

 Ă  l’envers.

La “fille aĂźnĂ©e de l’Église” sera devenue “la fille cadette de l’islam” »

Entretien avec Norbert Multeau

à propos de son livre L’islam chez lui chez nous

(propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

(www.francephi.com)

Ce livre semble rĂ©pondre Ă  l’actualitĂ©, notamment sur la consommation

 cachĂ©e de viande Hallal dans notre pays


Voyez le programme de tous les candidats Ă  l’élection prĂ©sidentielle :

combien prenne en compte le danger islamiste liĂ© Ă  l’immigration musulmane ?

 Or cela me paraĂźt ĂȘtre le problĂšme majeur, bien plus grave que la dette, de

notre époque et des années à venir.

Il n’y a jamais de vrai dĂ©bat sur le sujet car il est impossible de se livrer

Ă  une analyse critique des fondements idĂ©ologiques de l’islam sans

ĂȘtre accusĂ© « d’islamophobie », de « racisme », de « fascisme » 

et cela clÎt aussitÎt le débat. Quand un massacre de chrétiens se commet

quelque part dans le monde, c’est, nous disent les bien-pensants,

« stigmatiser » l’islam dans sa globalitĂ© que de dĂ©noncer les criminels qui

agissent ainsi au nom de la charia et du djihad. Alors voici un livre pour

dire les choses comme elles sont et non comme on voudrait qu’elles soient.

 Un livre qui a Ă©tĂ© refusĂ© par tous les Ă©diteurs auxquels j’en ai soumis l’idĂ©e


 Ă  l’exception de Philippe Randa, directeur des Ă©ditions de L’Æncre.

Ne faütes-vous pas un amalgame sommaire entre l’immigration qui est

un problùme politique et social
 et l’islam qui une religion ?

Les deux ne font qu’un. L’immigration arabe en France est un problùme

crucial parce qu’elle est d’abord un problùme religieux. Un habitant de la planùte

 sur quatre est musulman. L’objectif de l’islam, sa vocation historique comme

 sa mission divine, est de convertir les trois autres. Le monde non-musulman ne

 semble pas s’apercevoir que l’islam, conscient de sa force, rĂ©active son

 projet multi-sĂ©culaire de domination de l’univers : imposer partout le

« rĂšgne d’Allah » et la loi coranique. En France, l’immigration Ă  flot continu

aboutit, non au « choc des civilisations » – tout se passe sans heurt violent

 â€“, mais Ă  l’évincement progressif de l’une (la chrĂ©tienne) par l’autre

(la musulmane). Et cela dans l’indiffĂ©rence des Ă©lites, quand ce n’est pas avec

la complicité des « activistes du métissage » comme les appelle

 PĂ©roncel-Hugoz qui a prĂ©facĂ© L’islam chez lui chez nous.

L’intelligentsia française, en particulier, ne semble pas saisir le sens de

 l’ampleur de ce qui se passe sous ses yeux. Elle voit ce qu’elle veut croire,

mais ne veut pas croire ce qu’elle voit.

Cet essai « colĂ©rique » n’est-il pas un peu court pour analyser

objectivement un sujet comme celui-ci ?

Je sais bien qu’on me reprochera d’ĂȘtre simpliste et manichĂ©en, parce que

 l’islam « c’est plus compliquĂ© que ça »  Je ne fais pas Ɠuvre d’historien ni de

philosophe. Je vais Ă  l’essentiel. Je prends les choses au point oĂč elles

 en sont. Ici, maintenant. Voici ce qu’est l’islam : une force croyante,

 conquĂ©rante, fĂ©conde. Voici ce qu’est l’Occident : une civilisation

honteuse d’ĂȘtre ce qu’elle est, qui n’affirme plus rien, qui ne se dĂ©fend plus


Pensez-vous la situation irréversible ?

Il faut en finir avec l’illusion d’un islam modĂ©rĂ© avec lequel nous pourrions

cohabiter sans y perdre notre ñme. Il faut prendre conscience de l’islamisation

 rampante des esprits, des mƓurs, et mĂȘme des lois de la RĂ©publique.

 Il faut dĂ©noncer le piĂšge d’une idĂ©ologie, par nature contestable, mais

 qui est en mĂȘme temps une religion par nature intouchable


 Sinon, dans cinquante ans, la France connaĂźtra un « printemps arabe » Ă  l’envers.

 La « fille aĂźnĂ©e de l’Église » sera devenue « la fille cadette de l’islam. »

L’islam chez lui chez nous, Norbert Multeau, Éditions L’Æncre,

collection « À nouveau siĂšcle, nouveaux enjeux », dirigĂ©e par Philippe

 Randa, 134 pages, 18 euros.

BON DE COMMANDE

Je souhaite commander :


 ex de L’islam chez lui chez nous (18 euros)

(prix spĂ©cial pour 10 exemplaires : 12 euros l’exemplaire).

Frais postaux :

Destination France : 5 euros (1 livre)/6 euros (2 livres)/7 euros

 (3 livres ou plus)

Autres destination : 10 euros (1 livre)/15 euros (2 livres)/20 euros

(3 livres ou plus)

Rùglement à l’ordre de Francephi.

Nom : ..............


................

Prénom : ..............
................

Adresse : ..............
..................................................

........
............................................................


..............
..............................
..............................
.

..............
..............................
..............................
.

Code Postal : .............


........

Ville : .............


........

Téléphone : .............
.




.


........



Adresse internet : .............


...............



Commande Ă  adresser Ă  :

Éditions de l’Æncre - Boite 37 – 16 bis rue d’Odessa 75014 Paris.

Commande possible sur notre site www.francephi.com



 


POUR CONSULTER LE CATALOGUE EN LIGNE DES EDITIONS DUALPHA :: LIEN
POUR VOS ACHATS À PARIS VISITEZ PRIMATICE :: LIEN
POUR VOS ACHATS EN LIGNE VISITEZ :: LIBRAD.COM :: LIEN

Voir les commentaires

La SPEDIDAM fait des propositions pour la rémunération des artistes-interprÚtes, aux présidentiables ...

28 FĂ©vrier 2012, 11:47am

Publié par presssagrun

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

PrĂ©server la diversitĂ© et l’exception culturelle française

2 propositions

 aux candidats Ă  l’élection prĂ©sidentielle

pour

une juste rémunération des artistes-interprÚtes

 

Paris – le 28 fĂ©vrier 2012

– La SPEDIDAM, qui dĂ©fend les droits des artistes-interprĂštes (musiciens, chanteurs, danseurs, etc.), se mobilise depuis plusieurs annĂ©es pour que l’achat et la consommation lĂ©gale de produits culturels en ligne (musique et films) gĂ©nĂšrent des revenus Ă©quitables profitant Ă  la fois aux auteurs, aux producteurs et aux interprĂštes.

Voici 2 propositions concrĂštes qu’elle souhaite soumettre dans le cadre du dĂ©bat de la prĂ©sidentielle.

Les services commerciaux offrant musique et audiovisuel en tĂ©lĂ©chargement ou en « diffusion Ă  la demande » (iTunes ou Deezer par exemple), n’offrent aucune rĂ©munĂ©ration pour l'immense majoritĂ© des artistes-interprĂštes (musiciens de groupe, artistes jazz, musiciens classiques, etc.). Seuls les artistes “vedettes”, perçoivent une rĂ©munĂ©ration des producteurs.

Compositeurs, Ă©crivains, musiciens, chanteurs, artistes de talent sont l'une des principales richesses d'un pays. Leur gĂ©nie crĂ©ateur enrichit la vie culturelle et les droits de propriĂ©tĂ© intellectuelle dont ils disposent doivent leur permettre d'ĂȘtre rĂ©munĂ©rĂ©s pour l'utilisation de leur travail.

La SPEDIDAM adresse ainsi aux candidats Ă  l’élection prĂ©sidentielle, sur la base des constats et propositions de la mission Zelnik-Toubon-Cerutti, plusieurs propositions afin qu’une rĂ©forme lĂ©gislative intervienne dans les meilleurs dĂ©lais :

 

1. WEBRADIOS

Soumettre au régime de la « rémunération équitable » les diffusions musicales des webradios.

Il s’agit de mettre en place une rĂ©munĂ©ration partagĂ©e de façon Ă©quitable entre le producteur et l’artiste-interprĂšte, comme la lĂ©gislation le prĂ©voit aujourd’hui pour les radios et les lieux publics sonorisĂ©s.

2. SERVICES A LA DEMANDE

· Soumettre à la « gestion collective obligatoire », les droits des artistes-interprÚtes et des producteurs de disques pour le téléchargement à la demande et le streaming interactif.

En jouant le rĂŽle d'intermĂ©diaire entre les artistes-interprĂštes, les producteurs de musique et les utilisateurs, la gestion collective favorise l'exploitation lĂ©gale des Ɠuvres en centralisant leur gestion. Cela permet Ă  la fois des conditions claires et harmonisĂ©es d'exploitation des Ɠuvres pour les utilisateurs, et la garantie d'une rĂ©munĂ©ration pour les artistes.

· A dĂ©faut d'une gestion collective obligatoire, instaurer une « rĂ©munĂ©ration garantie » perçue auprĂšs de tous les services sur Internet exploitant de la musique et du contenu audiovisuel : par exemple, plateformes musicales de type Deezer/ Spotify, plateformes de vidĂ©os (Youtube), sites de ventes de musique type iTunes, etc. Ce dispositif permettrait aux artistes-interprĂštes d’ĂȘtre dĂ©cemment rĂ©munĂ©rĂ©s.

 

 

 ***

A propos de la Société de Perception et de Distribution des Droits des Artistes-InterprÚtes

La SPEDIDAM (SociĂ©tĂ© de Perception et de Distribution des Droits des Artistes-InterprĂštes), fondĂ©e en 1959, est une sociĂ©tĂ© de gestion collective des droits de PropriĂ©tĂ© Intellectuelle des artistes-interprĂštes. Elle gĂšre les droits des artistes en matiĂšre d’utilisation et de diffusion de leurs enregistrements.

En application du Code de la PropriĂ©tĂ© Intellectuelle, la SPEDIDAM affecte une part des sommes qu’elle perçoit Ă  des aides Ă  la crĂ©ation, Ă  la diffusion du spectacle vivant et Ă  la formation d’artistes. En 2010, la SPEDIDAM a rĂ©parti des droits Ă  74 000 artistes dont plus de 31 000 sont ses associĂ©s et participĂ© en outre au financement de 1 576 projets culturels.

La SPEDIDAM sur les médias sociaux :

- Facebook : http://www.facebook.com/spedidam

- Twitter : http://www.twitter.com/spedidam

- Youtube : http://www.youtube.com/laspedidam

 

 

Voir les commentaires

Le stress au travail: lié aux problÚmes de logiciels (?)...

27 FĂ©vrier 2012, 18:58pm

Publié par presssagrun

TRIBUNE LIBRE

Ces logiciels qui empĂȘchent de travailler


Le stress au travail apparaĂźt quand une personne ressent un dĂ©sĂ©quilibre entre ce qu’on lui demande de faire et les ressources dont elle dispose pour y rĂ©pondre.

Il peut ĂȘtre dĂ» Ă  l’encadrement, aux collĂšgues, aux dĂ©lais, aux enjeux, aux facteurs personnels mais aussi aux solutions logicielles.

L’informatisation du travail a pour but d’aider les utilisateurs Ă  amĂ©liorer leur efficacitĂ© et donc rĂ©duire le stress.

Or nous avons tous fait les frais de logiciels trop rigides qui, plutĂŽt que de rĂ©duire le stress, l’augmentent.

Dans ce domaine, des notions simples permettent d’éclairer les phĂ©nomĂšnes qui sous-tendent le stress liĂ© aux solutions logicielles notamment.

Le fléau du travail caché

Prenons un exemple, Monsieur X comptable depuis 10 ans a vĂ©cu deux Ă©volutions des systĂšmes de gestion. Lorsque nous Ă©voquons avec lui ces Ă©volutions, il sourit et nous dit “ces changements me font sourire...malgrĂ© les centaines de milliers d’euros investis, le systĂšme n’est toujours pas au point...”

Une attitude que son manager assimile à de la résistance au changement. De son cÎté M. X se plaint que son manager ne voit pas la réalité de son travail et montre un tableau Excel de sa conception grùce auquel il évite de la double saisie et économise 4 heures par semaine...

Le tableau Excel de M. X est du travail cachĂ©, c’est-Ă -dire un travail qui ne lui est pas demandĂ© mais qu’il rĂ©alise nĂ©anmoins pour rĂ©ussir Ă  produire le travail prescrit.

Qui n’a jamais rencontrĂ© de situation analogue ?

Par définition le travail caché échappe au champ de vision du manager.

 L’explication est simple : lorsque l’on se reprĂ©sente la rĂ©alisation d’une tĂąche on voit l’objectif et non pas toutes les Ă©tapes nĂ©cessaires Ă  sa rĂ©alisation. Or, en imposant une maniĂšre de travailler sans prendre en compte l’activitĂ© rĂ©elle des utilisateurs, l’entreprise prend de gros risques.

Elle se prive de la possibilitĂ© de dĂ©tecter le dysfonctionnement comme de capitaliser sur la solution existante. La contribution de l’utilisateur n’est pas reconnue et son attitude est jugĂ©e nĂ©gative. L’utilisateur peut se dĂ©motiver. Sans lui, l’entreprise reproduira-elle la performance ?

Dans cet exemple, l’utilisateur a usĂ© des marges de manƓuvre dont il disposait (sa maĂźtrise du mĂ©tier,
), mais dans bien des cas il ne dispose d’aucune marge et se voit contraint de travailler selon des consignes prescrites, “mal adaptĂ©es” Ă  son mĂ©tier.

Le travail cachĂ© compense donc l’écart inĂ©vitable entre un outil et l’utilisation spĂ©cifique pour laquelle on s’en sert. Dans l’artisanat cette « prise en main » spĂ©cifique de l’outil est reconnue et cĂ©lĂ©brĂ©e.

En entreprise, l’écart Ă  l’utilisation standard de l’outil est souvent cachĂ© parce qu’il est presque toujours reprochĂ©.

Il est intĂ©ressant de noter que le travail cachĂ© ou l’utilisation dĂ©tournĂ©e d’un outil peuvent-ĂȘtre simplement dus Ă  sa conception particuliĂšre. Les logiciels imposent souvent une maniĂšre spĂ©cifique de travailler qui ne correspond pas Ă  tous les cas d’usage.

 Les applications logicielles constituent ainsi une prescription supplĂ©mentaire face Ă  laquelle l’utilisateur doit s’adapter, ce qui peut gĂ©nĂ©rer une grande quantitĂ© de stress.

 

L’utilisateur « obligĂ© » de s’adapter aux outils

Deux notions voisines du « travail cachĂ© » sont celles du « travail empĂȘchĂ© » et de « l’injonction paradoxale ».

Par exemple, le travail empĂȘchĂ© pour un gaucher consisterait Ă  exiger de lui qu’il Ă©crive de la main droite ou qu’il utilise un outil pour droitier « comme tout le monde ».

 C’est Ă  la fois source de stress, de dĂ©valorisation et de diminution d’efficacitĂ©. Le « bon travail » est alors empĂȘchĂ©.

La notion d’injonction paradoxale, repose sur une obligation de rĂ©aliser des tĂąches qui s’interdisent mutuellement et qui induisent donc une impossibilitĂ© logique Ă  les exĂ©cuter sans contrevenir Ă  l’une des deux
 Il s’agit donc d’ordres impossibles Ă  suivre.

Dans le cas des solutions logicielles, il est demandĂ© Ă  l’utilisateur de se contraindre au processus de l’outil qui n’est pas adaptĂ© Ă  sa spĂ©cialitĂ© mais aussi d’ĂȘtre performant. Cela peut provoquer une situation d’enfermement.

Ces situations occasionnent beaucoup de stress et impactent nĂ©gativement sur le bon fonctionnement de l’entreprise. Elles engendrent notamment non reconnaissance du savoir-faire mĂ©tier et de la performance individuelle, un repli, un dĂ©sengagement, une dĂ©perdition des savoir-faire.

L’évolution des bonnes pratiques est bloquĂ©e par l’absence de marge d’action.

La dispersion des ressources : le nouveau rocher de Sisyphe.

 A l’instar de Sisyphe dans le Tartare, condamnĂ© Ă  rouler Ă©ternellement un rocher en haut d’une colline dont il redescendait sans cesse, les utilisateurs de logiciels, de services on-line ou de sources de documents dĂ©matĂ©rialisĂ©s sont contraints Ă  parcourir, Ă  chaque fois, les mĂ©andres et arborescences informatiques uniquement pour rĂ©unir tout ce dont ils ont besoin pour travailler


Tous les soirs, en Ă©teignant leur poste de travail, tous les services et documents « s’en vont se ranger » dans leurs bibliothĂšques et crevasses virtuelles. La dispersion des ressources est un frein redoutable pour l’accomplissement de son travail.

Le travail cachĂ©, le travail empĂȘchĂ©, l’injonction paradoxale et la dispersion des ressources sont des facteurs explicatifs du stress liĂ© Ă  l’utilisation d’applications logicielles. Pourtant, des solutions existent.

 

Quelles réponses concrÚtes apporter à ces constats ?

Il serait Ă©videmment inutile de pointer un doigt accusateur sur le management qui ne saurait reconnaitre la spĂ©cificitĂ© de chacun. L’utilisation d’outils communs est souvent la source de cohĂ©sion des entreprises et le management a pour mission d’assurer l’adoption harmonieuse de ces outils.

 

La rĂ©ponse doit ĂȘtre apportĂ©e en amont

Il est essentiel que chaque responsable d’application prenne conscience et accepte que l’outil qu’il propose ne convient pas, en l’état, Ă  l’ensemble des utilisateurs. La conduite du changement et les formations aideront sans doute Ă  comprendre l’outil mais ne le rendra pas nĂ©cessairement naturel d’utilisation pour tous, et cela n’a rien Ă  voir avec de la mauvaise volontĂ© ou de la rĂ©sistance au changement.

L’optimisation de l’adoption d’une solution logicielle n’est Ă©videmment pas une fin en soi. Le vĂ©ritable objectif c’est l’optimisation du triptyque (1) mission spĂ©cifique, (2) processus logiciels et ressources Ă  utiliser, (3) logique et contexte de l’utilisateur.

 Il est donc indispensable de mettre Ă  la disposition d’un collaborateur un environnement d’accueil lui permettant de rĂ©unir en un mĂȘme espace toutes les informations, tous les documents et tous les services dont il a besoin pour rĂ©aliser une tĂąche, un projet ou une responsabilitĂ© donnĂ©e.

 La clef de la rĂ©duction de stress est de donner Ă  l’utilisateur le moyen d’accĂ©der, de maniĂšre contextuelle et en fonction de sa rĂ©alitĂ© « en un clic », Ă  tout ce qu’il jugera nĂ©cessaire. A cela s’ajoute le besoin pour un utilisateur de pouvoir solliciter et collaborer de maniĂšre occasionnelle et « in situ » ses collĂšgues, ses partenaires ou mĂȘme ses clients. De tels environnements existent dĂ©sormais et peuvent se dĂ©crire en tant que Gestionnaires Collaboratifs d’ActivitĂ©s et de Ressources.

Une telle plateforme logicielle apporte Ă  l’utilisateur des espaces de travail qu’il crĂ©e et organise Ă  sa main, oĂč il dispose librement de ses ressources et de l’ensemble de ses outils, des espaces qu’il fait Ă©voluer en mĂȘme temps que son contexte de travail rĂ©el.

Il est urgent de reconnaitre que les collaborateurs disposent d’un gĂ©nie qui leur est propre et qui leur permet de s’adapter Ă  leur environnement pour rĂ©ussir.

 Les outils devraient toujours servir Ă  dĂ©multiplier l’efficacitĂ© des utilisateurs et non les asservir.

Voir les commentaires

Produits dĂ©rivĂ©s, pour fĂȘter les Artists des Oscars ...

27 FĂ©vrier 2012, 18:44pm

Publié par presssagrun

BALTHASARDARTIST-copie-1.jpg

Voir les commentaires

Le MICETRO (Maestro) du spectacle d'impro ...

27 FĂ©vrier 2012, 17:21pm

Publié par presssagrun

 

AprĂšs un succĂšs mondial,

 Micetro

débarque à Paris

pour un spectacle exceptionnel!

***

12 improvisateurs, et parmi eux


un seul Micetro!

Un show extraordinaire mené par une troupe international

***

Micetro, prononcĂ© maestro, est un spectacle d’improvisation mis en place par the Improfessionals, une troupe constituĂ©e de comĂ©diens venant du monde entier!

Reprenant un concept inventĂ© dans les annĂ©es 90 par Keith Johnstone, fondateur de l’improvisation anglophone, Micetro met en scĂšne les 10 meilleures troupes parisiennes pour offrir Ă  son public un spectacle riche, surprenant et unique


ï»ż

12 improvisateurs issus des diffĂ©rentes troupes seront jugĂ©s par le public Ă  l’applaudimĂštre, un seul candidat sera Ă©lu au terme de la reprĂ©sentation, Le Micetro.

Un spectacle incroyable regroupant les meilleurs improvisateurs de la capitale .

8 représentations exceptionnelles ont lieu en ce moment à :

l’Espace Beaujon, Paris 8ùme.

 

 DurĂ©e du spectacle : 90 minutes.

 

Tarifs tickets : 13€/ 11€Tarif rĂ©duit

 

 

 

 

Voir les commentaires

Interview exclusive de François Hollande ...

26 FĂ©vrier 2012, 13:57pm

Publié par presssagrun

28-06-08_2058.jpg   Victoires 2012

Acteurs publics
n°424
mercredi 22 février 2012

Actualité

Interview exclusive
François Hollande : “Un retour Ă  l’impartialitĂ© de l’État s’impose”
Limitation du poids des cabinets ministĂ©riels, loi sur les conflits d’intĂ©rĂȘts, crĂ©ation d’un grand ministĂšre de l’Éducation, interdiction pour un ministre d’ĂȘtre membre d'un exĂ©cutif local
 Dans un entretien exclusif accordĂ© Ă  Acteurs publics, le candidat du PS Ă  l’élection prĂ©sidentielle livre ses projets pour la fonction publique.
Lire la suite

Collectivités
PolĂ©mique sur la possible privatisation du “Versailles du cheval”
Le prĂ©sident du conseil gĂ©nĂ©ral de l’Orne, l’ancien ministre Alain Lambert, s’inquiĂšte de la vente d’une partie de l’emblĂ©matique haras du Pin au secteur privĂ©. Dans un courrier adressĂ© le 14 fĂ©vrier Ă  Bruno Le Maire, que s’est procurĂ© Acteurs publics, il propose une reprise du “Versailles du cheval” par les collectivitĂ©s locales.
Lire la suite

Documents

Pour une refonte du budget de l'Union européenne
La commission des affaires européennes du Sénat propose dans un rapport de remettre à plat le mode de

 contribution des États membres au budget de l'Union europĂ©enne et d'augmenter la part de ses ressources propres.
Le rapport

L'Union sociale pour l'habitat conteste une note du CAS
l’Union sociale pour l’habitat juge dans un communiquĂ© que la derniĂšre note du Centre d'analyse stratĂ©gique sur

 les aides au logement part d'un travail “biaisĂ©â€ et au service de “propositions hautement contestables”.
Le communiqué

Le Conseil des ministres du 22 février
Les expérimentations menées dans l'éducation nationale étaient au menu du Conseil des ministres.
Le compte rendu

La publicité des parrainages validée par le Conseil constitutionnel
Dans une décision rendue le 21 février, le Conseil constitutionnel, saisi par Marine Le Pen, présidente du

Front national, a jugĂ© que les principes d’égalitĂ© et de secret du suffrage n'Ă©taient pas remis en cause par

 la publicitĂ© des parrainages accordĂ©s aux candidats Ă  l'Ă©lection prĂ©sidentielle.
La décision


Fichiers d'Acteurs Publics

Focus nomination

Christine Gavini-Chevet, directrice des relations internationales des ministùres de l’Éducation

 et de la Recherche
Cette proche conseillĂšre d’Alain JuppĂ© au Quai d’Orsay, ancienne directrice des Ă©tudes de l’UMP, va remplacer Sonia Dubourg-Lavroff, nommĂ©e Ă  l’inspection gĂ©nĂ©rale de l’Administration de l’éducation nationale et de la recherche. Lire la suite

Nominations

Santé
Le directeur de cabinet de Nora Berra nommĂ© directeur gĂ©nĂ©ral de l’offre de soins

Membre des cabinets ministériels depuis 2006, François-Xavier SELLERET obtient à presque 40 ans son premier

 poste de directeur d’administration centrale. Il deviendra dans les prochains jours le nouveau directeur gĂ©nĂ©ral de

l’offre de soins. Lire la suite

Bercy
Jean-Luc Tavernier, nouveau patron de l’Insee

L’Institut national de la statistique et des Ă©tudes Ă©conomiques (Insee) change de directeur. Le titulaire

du poste depuis 2007, Jean-Philippe Cotis, se voit nommé au tour extérieur conseiller maßtre à la Cour des comptes

 et remplacĂ© par Jean-Luc TAVERNIER. Lire la suite

Études
Franck Von Lennep, directeur de la recherche, des Ă©tudes, de l’évaluation et des statistiques des ministĂšres sociaux

AprÚs presque quatre ans passés en cabinet ministériel, Franck VON LENNEP se voit nommé directeur de la

 recherche, des Ă©tudes, de l’évaluation et des statistiques des ministĂšres sociaux Ă  compter du 19 mars 2012. Lire la suite

Territoires
Pascal Berteaud, directeur gĂ©nĂ©ral de l’Institut

national de l’information gĂ©ographique et forestiĂšre

Alors que Nathalie Kosciusko-Morizet dĂ©missionnera jeudi 22 fĂ©vrier de ses fonctions de ministre de l’Écologie,

 son directeur adjoint de cabinet, Pascal BERTEAUD, a Ă©tĂ© nommĂ©, en Conseil des ministres, directeur gĂ©nĂ©ral

de l’Institut national de l’information gĂ©ographique et forestiĂšre – qui s’appelait jusqu’en janvier dernier l’Institut gĂ©ographique national (IGN). Lire la suite

Économie
Philippe Bouyoux, commissaire gĂ©nĂ©ral adjoint Ă  l’investissement

Philippe BOUYOUX remplace Jean-Luc Tavernier au poste de commissaire gĂ©nĂ©ral adjoint Ă  l’investissement Ă 

compter du 5 mars 2012. Lire la suite

Finances
Le secrétaire général du CESE nommé à la Cour des comptes

Le préfet Christian DORS, 57 ans, secrétaire général du Conseil économique, social et environnemental (CESE)

 depuis six ans, a Ă©tĂ© nommĂ© au tour extĂ©rieur conseiller maĂźtre Ă  la Cour des comptes. Lire la suite

Intérieur
Gilles-Henry Garault, statutairement promu préfet

Le dĂ©lĂ©guĂ© aux affaires internationales et europĂ©ennes au ministĂšre de l’IntĂ©rieur, Gilles-Henry GARAULT,

 a Ă©tĂ© nommĂ©, en Conseil des ministres, prĂ©fet chargĂ© d’une mission de service public relevant du gouvernement. Lire la suite

Mouvements

Benoist Apparu, secrĂ©taire d'État chargĂ© du Logement au sein du gouvernement, a Ă©tĂ© nommĂ© ministre dĂ©lĂ©guĂ©

 du Logement, a annoncĂ© la ministre du Budget et porte-parole du gouvernement ValĂ©rie PĂ©cresse –

Éric de Montgolfier, procureur de la RĂ©publique prĂšs le tribunal de grande instance de Nice, a Ă©tĂ© nommĂ©

 procureur gĂ©nĂ©ral prĂšs la cour d’appel de Bourges – GĂ©rard Leclerc, prĂ©sident sortant de La ChaĂźne

parlementaire-Assemblée nationale (LCP-AN), a été reconduit dans ses fonctions par le bureau de l'Assemblée

 nationale. Ce second mandat dĂ©butera le 8 juin prochain, pour une durĂ©e de trois ans

 â€“ Philippe Limouzin-Lamothe, conseiller maĂźtre honoraire Ă  la Cour des comptes, est nommĂ© membre titulaire

de la Commission d’accĂšs aux documents administratifs en qualitĂ© de magistrat de la Cour des comptes, Ă  compter

 du 3 mars – Michel Quimbert a Ă©tĂ© renouvelĂ© Ă  la prĂ©sidence du Conseil supĂ©rieur de la marine marchande

– Blaise-Philippe Chaumont est nommĂ© directeur du cabinet de la ministre du Budget, en remplacement de

 SĂ©bastien Proto, qui a rejoint l’équipe de campagne du candidat UMP Ă  l’élection prĂ©sidentielle

 â€“ Philippe Ronssin, sous-prĂ©fet de Fontainebleau, a Ă©tĂ© nommĂ© prĂ©fet hors cadre, chargĂ© d’une mission

 de service public relevant du gouvernement Ă  compter du 1er mars.

Agenda

23.02.2012
Précarité et exclusion

Organisé par la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (Fnars), ce colloque

 s'attachera Ă  comprendre les phĂ©nomĂšnes d'exclusions ciblĂ©s sur les territoires ruraux en mutation.
Renseignements

Et aussi

RĂ©union publique au Mans avec François Hollande – Publication d'un rapport dĂ©finitif de la chambre rĂ©gionale

 des comptes sur le projet de tramway dans le Pas-de-Calais – À Paris, rĂ©union entre syndicats et patronat dans

 le cadre du cycle de nĂ©gociations visant Ă  faciliter l'accĂšs au logement des salariĂ©s pour favoriser l'accĂšs Ă 

 l'emploi – Publication par la Commission europĂ©enne des prĂ©visions Ă©conomiques intermĂ©diaires pour la

 croissance du PIB, l'inflation et le solde budgĂ©taire des administrations publiques pour l'annĂ©e 2012 – Au SĂ©nat,

 suite du projet de loi de finances rectificative pour 2012.

 

Voir les commentaires

Arles: Paris-Art'Infos...

26 FĂ©vrier 2012, 13:46pm

Publié par presssagrun

 

ARLES.

MUSÉE RÉATTU, ACTE V

DÉCOR ET ILLUSION, DRAME ET EFFROI, VERTIGE

ET COUP DE THÉÂTRE...

AprĂšs quatre annĂ©es consacrĂ©es Ă  redĂ©couvrir Ă  travers une mise en scĂšne inventive les ensembles majeurs de sa collection — des peintures de Jacques RĂ©attu au fonds photographique —, le musĂ©e s’offre en 2012 une nouvelle envolĂ©e, en explorant la thĂ©ĂątralitĂ© propre au bĂątiment, qui devient plus que jamais le matĂ©riau essentiel de l’exposition.

Entre cours, loggias et tribunes, l’ancien Grand PrieurĂ© de Malte est un fascinant labyrinthe intĂ©rieur, qui conjugue dans les mĂ©andres de son parcours l’intimitĂ© des salons des Chevaliers, et la lumiĂšre changeante de l’ancien atelier de Jacques RĂ©attu, dont la vue sur RhĂŽne constitue la plus belle des sources d’inspiration.

MusĂ©e RĂ©attu Acte V, Ă©crit cette annĂ©e un scĂ©nario tout en tension, qui puise aussi bien dans les collections du musĂ©e que dans quelques emprunts explosifs: du mystĂ©rieux Mascara de seduccion de Javier Perez Ă  la performance filmĂ©e de Dieter Appelt — images fascinantes du cycle de la vie et de la mort —, l’accrochage revisite quelques-uns des leviers incontournables de la dramaturgie: dĂ©cor et illusion, drame et effroi, vertige et coup de thĂ©Ăątre.

En apartĂ©, plusieurs scĂšnes revisitent l’oeuvre d’artistes majeurs des collections — comme Pierre Alechinsky ou Jacqueline Salmon, si profondĂ©ment liĂ©s Ă  l’histoire du musĂ©e — tandis qu’un Ă©clairage particulier est mis, Ă  la faveur de la belle moisson d’acquisitions de 2011, sur des artistes Ă  redĂ©couvrir, telle Evelyn Ortlieb, dont la rĂ©cente donation de 45 oeuvres sera prĂ©sentĂ©e pour la toute premiĂšre fois.

Accrochage dans l’accrochage, comme une mise en abĂźme, l’espace consacrĂ© Ă  la donation Picasso fera l’objet au printemps d’une prĂ©sentation inĂ©dite (inauguration au moment de la Nuit des MusĂ©es). Creusant les thĂšmes fondamentaux de l’oeuvre du maĂźtre — L’Arlequin, L’Odalisque, Le Mousquetaire —, cette toute nouvelle musĂ©ographie a plusieurs invitĂ©s: outre les oeuvres de Zadkine, ou de Lucien Clergue, elle enchĂąsse dans son parcours quelques-unes des somptueuses crĂ©ations de Monsieur Christian Lacroix pour le thĂ©Ăątre ou le ballet, dans un vibrant hommage au SiĂšcle d’or, celui des MĂ©nines notamment, qui trouve son grand final dans la Chapelle du musĂ©e.

Acte V. L’acte final dans une piĂšce de thĂ©Ăątre Ă  la française, oĂč l’intrigue trouve son dĂ©nouement. La fin d’un cycle dans l’histoire du musĂ©e, qui a permis la redĂ©couverte d’une collection sous toutes ses coutures, avant le dĂ©but d’une nouvelle Ă©poque.

Que le spectacle commence !

MUSÉE RÉATTU. 10, rue du Grand PrieurĂ©. 13200 Arles. 04 90 49 37 58 / 81 05
reattu.communication@ville-arles.fr
www.museereattu.arles.fr
— Javier Perez, Mascara de seduccion II, 2008. Coll. de l’artiste
— Javier Perez, Oda I, 2008. Collection de l’artiste

 

Voir les commentaires

Concert: au 28Úmes "Reflets du cinéma ibérique et latino américain" (vidéo) ...

26 FĂ©vrier 2012, 13:32pm

Publié par presssagrun

Flavia Coelho

en concert

 le 28 mars

 pour la clĂŽture

 des 28Ăšmes reflets du cinĂ©ma ibĂ©rique et latino amĂ©ricain  

***

Voir les commentaires

Chic Dessin au Richelieu ...

25 FĂ©vrier 2012, 20:18pm

Publié par presssagrun

Le dessin trouve une place

idéale sous les verriÚres de

l’Atelier Richelieu.

 

L’absence de stands permet au visiteur de

déambuler plus aisément, au rezde-

chaussĂ©e comme Ă  l’étage, afin

d’apprĂ©hender cette discipline.

 

Ainsi CHIC DESSIN invite Ă©galement Ă  davantage

de spontanéité dans les échanges.

 

Comme lors des  prĂ©cĂ©dentes Ă©ditions,

le prix des oeuvres est compris :

 entre 100 et 6000 euros.

 

Des galeries présentes sur ;

 

CHIC ART FAIR telles

Elizabeth Couturier (Lyon),

Eve

 

de Medeiros

(Neuilly-sur-Seine) ou Polysémie

 

(Marseille) prolongent l’aventure,

tandis que les parisiennes

Drawing gallery et Pascaline Mulliez

reviennent et que la   YAM gallery mexicaine fait  son entrĂ©e.

 

La 3 Ăšme Ă©dition de CHIC DESSIN promet des

  dĂ©couvertes de jeunes talents

et entend allier  cette fraĂźcheur Ă  celle d’évĂ©nements particuliers

prévus sur les trois jours.

 

En 2011, le Prix CHIC DESSIN avait été remis

Ă  Mohamed Lekleti

.

Le   Prix CHIC DESSIN sera Ă 

nouveau décerné par un jury de

professionnels du monde de l’art

comptant cette année

! :

 

 Alexandre

Devaux, responsable de la rédaction

d’Artnet.fr

! ;

 AngĂ©lique Oussedik, directrice

des affaires culturelles d’ARTE

France

! ;

Stéphanie Pioda, journaliste

et historienne de l’art

! ;

 Sinziana

Ravini, critique d’art, commissaire

d’exposition indĂ©pendante et

enseignante à l’ICART.

Cet  Ă©vĂ©nement parisien devenu

incontournable, tant pour les amateurs que pour

les professionnels, s’inscrit dans une dynamique

parisienne de saison grĂące Ă  son

partenariat avec

le Salon du Dessin

installé à quelques pas de là,

au Palais de la Bourse.

 

Atelier Richelieu

du 30 mars au 1

er avril 2012

Communiqué de presse

“Le dessin trouve une place

idéale sous les verriÚres

de l’Atelier Richelieu.”

2012

SALON

DU DESSIN

 

 

artnet.fr

 

 

AprĂšs le succĂšs de la 2  Ăšme Ă©dition de

 

CHIC ART FAIR à la Cité de la

Mode et du Design en octobre dernier,

CHIC DESSIN se tient Ă  nouveau dans le

magnifique espace de l’Atelier Richelieu,

pour la troisiÚme année

consécutive, du 30 mars

au 1 er avril.

 

 Une vingtaine  de galeries françaises et

Ă©trangĂšres investissent les

700 m2 du lieu dans une  ambiance «

!salon d’artistes!»  

 

 Conviviale et cossue.

 

 

 

Directrices associées

!

Sandrine Bisognin & CĂ©cile Griesmar

Directeur artistique

!

Christophe Delavault

Relations avec la presse

Lorraine Hussenot

TĂ©l.

!: +33 (0)1 48 78 92 20

lohussenot@hotmail.com

 

Atelier Richelieu

60 rue de Richelieu, 75002 Paris

Du 30 mars au 1

er avril 2012

De 11h Ă  20h

Entrée

!: 7 euros. Tarif réduit!: 5 euros

www.chic-today.com

 

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>