24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 14:58

L'indifférence ou la paresse des sentiments....




"Comment se tue en nous l'amour: Souffrance, indignation, puis indifférence.
La souffrance use l'amour, l'indignation le brise, et on arrive ainsi à l'indifférence finale."
Charles-Augustin Sainte Beuve


Il ne peut y avoir de la haine, que quand il y a de l'amour.
Alors, faut-il préférer la haine à l'indifférence ?
"L'indifférence tue à petits coups", chantait Gilbert Bécaud dans sa chanson éponyme.

Ces paroles me renvoient à un reportage qui peut donner à réfléchir sur le racisme et le rejet de la différence;
On y voit un japonais assis à la terrasse d'un café parisien, l'air mélancolique;
il explique qu'il a fait une dépression suite à son arrivé à Paris, à cause de l'indifférence qu'il rencontrait en se promenant dans les rues.
Personne ne se retournait sur lui, aucun regard ne se posait sur sa personne, ni sympathique, ni agressif.
Il s'arrêtait à la terrasse d'un café, on ne le servait pas.
Il se sentait invisible, inexistant;
Il était devenu une ombre, un fantôme;

Il fallut un long temps à ce monsieur, pour accepter qu'un serveur ou un vendeur peut faire son métier en France, sans s'intéresser particulièrement à son client en temps que personne -sujet- comme dirait les psychanalystes- et qu'il était donc normal qu'il ne reçoive pas de congratulations particulières de la part d'un "professionnel", comme s'il s'agissait d'un ami.

L'attitude indifférente relève-t-elle donc d'un rôle, d'une culture, ou d'un simple manque de respect ?
Reflète-t-elle le sentiment global d'une société par rapport à son prochain ?

L'amour conduirait à la haine.
Mais qu'en est-il dans le cas d'un étranger, dont le physique marque l'appartenance à une éthnie ou une "race" particulière. Comme c'est le cas pour le type asiatique, par rapport au type européen?
Je pense que non.

Les asiatiques, aux yeux de l'européen se ressemblent tous a-t-on coutume de dire.
Mais pour les asiatiques (les africains etc...), les "blancs" se ressemblent également tous.
On aurait tendance à repérer en priorité un genre physique dans sa globalité, et dans sa simple différence (forme des yeux, couleur de la peau).Sans s'attacher dans un premier temps aux détails de la physionomie.

Pour les européens, une personne japonaise, discrètement assise à une table de café, ou déambulant dans la rue d'une grande ville de France, n'est ni particulièrement rare, ni particulièrement inquiétante (sauf s'il s'agit d'un sumo ;-))
Il passera presqu'inaperçu, mais n'apparaîtra pas pour autant comme un proche.
L'européen ne se projette pas en lui, ne s'identifie pas et ressent même inconsciemment que leur langage culturel diffère.
Il restera donc neutre dans un première confrontation, afin de ne pas se dévoiler de façon trop criante et ainsi ne pas risquer de tomber dans le malentendu.

Cela vaut pour toute culture spécifique. Quelle soit régionale, professionnelle, sociale, éducative.

Lorsque vous vous écartez de votre milieu spécifique, cette impression s'appelle le dépaysement, au pire le dépaysement culturel qui peut mener à la dépression.
Vous ne reconnaissez pas les codes de comportement, d'humour, les rites, le langage oral ou corporel, les habitudes (ou habitus, selon le sociologue), le mode d'échange, le métalangage, les signes.
En somme, vous perdez vos REPERES.
Vous ne savez plus où vous situer.
Vous n'appartenez plus à un groupe sécurisant.
Vous vous démarquez.
Vous vous faites remarquer... ou non.
Mais on ne vous re-connait pas... pour ce que vous êtes.
L'autre ne sait pas qui vous êtes et vous interprète selon des critères qui ne sont pas les vôtres.

Pensez que dans certains pays d'Asie, un sourire vaut une grimace de dégoût, et en Afrique du nord, rôter après un repas est une façon de montrer qu'il vous a plu.
Il en va de même pour le vocabulaire, ce qu'on étudie dans les études de linguistique;

Il en va de même dans la survie, ou dans les cas extrèmes que l'on n'a pas vécu soi-même et que l'on se permet de juger chez autrui;

Au final, tout n'est que question de COMMUNICATION.
Expliquer, écouter, échanger.
ENTENDRE.
S'INTERESSER.
Tout le contraire de l'indifférence.
Une CURIOSITE bien placée ne tue pas. Bien au contraire
.

WEBLOG:

Press@grun: press'on break 
Rubrique: La Une des Lecteurs.
Sous: Les blogs de villes du quotidien en ligne 
www.20minutes.fr;
Titre: "Strasbourg l'Européenne".
Adresse directe
http://pressagrun.blog.20minutes.fr. 
photoblog:
http://morlaixvilledartetdhistoire.blog.20minutes.fr

SITE:

www.pressagrun.com

(+taper Strohl-Grün ou pressagrun sous google pour tous les autres)

  • Membre journaliste du Club de la Presse de Rennes et de Bretagne.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : www.presssagrun.com
  • www.presssagrun.com
  • : Webzine constitué par des "dossiers" de société, Newsletters de sites sympathisants... Thèmes des News: livres, sorties, art, culture, high tech, sciences, rubriques diverses (voir liste) ...
  • Contact

Profil

  • presssagrun
  • J'écris, je peins, je journalise, je photographie, collecte, rassemble, crée...
 Venez rejoindre le groupe "dossier"...
Notre page FB et Twitter
  • J'écris, je peins, je journalise, je photographie, collecte, rassemble, crée... Venez rejoindre le groupe "dossier"... Notre page FB et Twitter

Recherche

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog